Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
cinema fou

Critiques de films, news et rétro-cinéma

Critique de WONDER WOMAN 1984

Publié le 17 Avril 2021 par Romain Jankowski in critiques

Longtemps repoussé à cause de la crise sanitaire qui s'étend depuis plus d'un an, WONDER WOMAN 1984 a directement atterri en VOD sur notre territoire après avoir été diffusé en salles et sur la plateforme HBO MAX aux Etats-Unis. 

On connaît l'importance qu'a eue WONDER WOMAN sur la pop culture et l'industrie hollywoodienne dans son ensemble. Un impact conséquent et une belle réussite pour la Warner et son DC UNIVERSE que la firme a elle-même malmené. Ont suivit la catastrophe JUSTICE LEAGUE et l'épuration cool AQUAMAN avant que BIRDS OF PREY ne vienne une nouvelle fois soulever les doutes qui reviennent de manière récurrente. Cette suite réalisée par Patty Jenkins avait donc la lourde tâche de redresser le niveau et s'inscrire dans la droite lignée du premier film.

Concentrant son énergie narrative sur une pierre magique capable de réaliser les voeux, la réalisatrice ne se simplifie pas la tâche. Pire, elle alourdit son film en imbriquant de nombreuses intrigues tout en accumulant les personnages parasites. Pourtant lancé avec une folle course olympique à l'intérieur de Themyscira, WONDER WOMAN 1984 ne parviendra plus à retrouver cette énergie. Passée une séquence poussive à l'intérieur du supermarché, le scénario présente donc tous ses protagonistes : Barbara, une femme qui n'existe pas au sein de la société (on pense fortement à Electro, méchant de THE AMAZING SPIDER-MAN 2 incarné par Jamie Foxx, qui possède le même arc narratif) et qui va découvrir, grâce au pouvoir de la pierre, tout ce qu'elle est capable de faire. Maxwell Lord, lui, prétend être un homme d'affaires important, mais désire également la pierre pour un homme d'affaires (un vrai). Deux personnages qui prennent beaucoup (trop) de place et qui sont respectivement campés par Kristen Wiig et Pedro Pascal. Ces derniers ne déméritent pas et donnent cette impression de réellement croire à leurs personnages, pas inintéressants au demeurant. Les thématiques du film posent de vraies questions et laissent chacun décider de ce qui serait le mieux pour lui-même. 

Le vrai problème de toutes ces intentions, c'est la place laissée à Diana. Héroïque, intelligente, emphatique, déterminée, sa représentation lors du premier volet était très pertinente. Perdue dans les années 80, elle est seule et n'a qu'un seul voeu : que Steve Trevor (Chris Pine), cet homme qu'elle aimait, reviennent à ses côtés. Réduite à une histoire d'amour amenée avec insistance, elle ne possède plus la même importance. On savoure toujours le duo formé

par Gal Gadot et Chris Pine, indiscutablement emmenés par une complicité évidente. Mais tout cela n'a plus la même saveur, la même verve. Pourquoi Jenkins s'est-elle concentrée sur la découverte des années 80 si ce n'est pas par pur opportunisme commercial ? Cette longue incartade plombe un peu plus le rythme du film et ralentit encore la mise en avant des véritables enjeux. 

On s'étonne également de voir un film à 200 millions de dollars posséder autant d'approximations visuelles. La séquence du convoi, par exemple, est un ratage, alimentée par des effets spéciaux dépassés et une direction artistique laborieuse. Tout n'est pas à jeter visuellement, l'affrontement à l'intérieur de la Maison-Blanche étant assez impressionnant, mais de nombreux plans auraient dû être améliorés. WONDER WOMAN 1984 ne manque d'ailleurs pas d'idées pour tenter d'ouvrir un dialogue. Les thématiques sont nombreuses et pas inintéressantes. L'émotion affleure aussi, surtout lorsqu'il faut renoncer à ce qui nous tient le plus à coeur.

Se terminant sur une résolution véritablement problématique (on ne dévoilera rien, mais c'était difficile de faire pire), ce deuxième opus est assez éloigné de ce qu'on attendait. Au-delà de ce constat, la réalisatrice n'est pas parvenue à réitérer l'exploit du premier volet et s'est engluée dans un manque de panache qui nuit gravement à l'ensemble, étiré sur plus de deux heures trente. Le film reste cependant divertissant et renoue ponctuellement avec un spectacle old school sympathique. C'est déjà ça.

 

AVIS GLOBAL : Eloignée de l'esprit du premier épisode, cette suite se perd dans de nombreuses digressions sans savoir réellement dans quelle direction aller. Malgré de belles thématiques et quelques séquences vraiment réussies, WONDER WOMAN 1984 patine puis s'effondre dans un final chaotique. 

NOTE : 11 / 20

 

WONDER WOMAN 1984  2h31 

Un film réalisé par Patty Jenkins.

Avec Gal Gadot, Kristen Wiig, Pedro Pascal, Chris Pine.

 

Actuellement disponible en VOD et en Blu-ray.

Commenter cet article