Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de RAYA ET LE DERNIER DRAGON

Publié le 8 Juin 2021 par Romain Jankowski in critiques

Prévu pour le cinéma en mars 2020, RAYA ET LE DERNIER DRAGON atterrit dans nos salons sur Disney +. Une conséquence logique, mais tout de même un peu frustrante puisque la réouverture des cinémas et le peu de films d'animation à l'affiche auraient permis, à coup sûr, d'accumuler quelques milliers d'entrées. 

Malgré tout, il est temps d'allumer le projecteur (si vous en possédez un, bien sûr), éteindre les lumières, et de profiter au maximum d'un film superbement réalisé qui, à défaut de véritablement innover, impressionne par sa capacité à créer des univers merveilleux et enchanteurs. Nous sommes donc au coeur de Kumandra, un monde où les Hommes et les dragons prospéraient autrefois. Cinq cents ans plus tard, les forces du mal sont de retour après un accident tragique que la jeune Raya ne cesse de ressasser. Elle se lance dans une quête réparatrice pour mettre fin au mal qui sévit. Sur son chemin, elle va faire la rencontre de la dernière dragonne encore en vie, Sisu. Une aventure merveilleuse nous attend alors, mélange de fantasy, d'héroïsme et de tolérance. C'est sur ce dernier point que le film insiste lourdement, quitte parfois à dérailler dans un sentimentalisme un peu déroutant. 

Globalement, RAYA ET LE DERNIER DRAGON se libère de quelques contraintes chères à Disney, notamment en ce qui concerne les chansons, celles qui peuvent largement assommées le spectateur (je pense à LA REINE DES NEIGES 2, alourdi par des tonnes de musiques parasites). Bien sûr, on peut toujours s'agacer de cette tendance du studio à ouvrir à la bonne entente pour tous jusque friser le ridicule. La simplification de la psychologie peut paraître bien embarrassante, surtout quand on compare avec les films d'animation d'autrefois qui n'hésitaient pas à frapper son jeune public d'émotions fortes qui pouvaient leur permettre de se confronter à elles et de penser différemment sur le monde qui les entoure. Ici, le monde ne meurt, mais se pétrifie. Une facilité qui devient de plus en plus régulière chez Disney. Le positivisme provoque alors l'effet contraire et devient plus agaçant que pertinent car la perte est un cheminement important chez un enfant, une étape qui lui fait prendre conscience que rien ne dure jamais vraiment. Il n'y a aucune forme de morbidité ou de tabou dans ce constat, on peut parler franchement à un enfant sans lui faire croire que tout finit toujours bien. Les films animés de Disney sont parvenus à s'ouvrir ainsi durant plusieurs décennies avant que les petits génies de Pixar ne prennent la relève. Aujourd'hui, on cette impression que tout doit être édulcoré pour ne choquer personne.  

Ce message passe peut-être un peu mal, mais la qualité du divertissement l'emporte, notamment grâce à une animation magnifique. Les personnages, sans atteindre une grande profondeur, sont attachants et permettent quelques saillies comiques savoureusement décalées. On peut se contenter du spectacle tout en se disant qu'on a vu mieux par le passé et que Disney Animation commence un peu à stagner depuis ZOOTOPIE en 2016. On suivra néanmoins les prochains projets avec attention pour voir quelle direction prendra le studio dans le futur. 

 

AVIS GLOBAL : Le nouveau film d'animation du studio Disney impressionne par son univers et sa qualité visuelle, mais pêche par un excès de bons sentiments qui peut fortement agacer. Reste une aventure sympathique qui pourra toucher son public, les petits comme les grands.

NOTE : 12 / 20

 

RAYA ET LE DERNIER DRAGON  1h47

Un film réalisé par Don Hall et Carlos Lopez Estrada.

Actuellement disponible sur Disney +.

critique de RAYA ET LE DERNIER DRAGON
Commenter cet article