Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
cinema fou

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de MONSTER HUNTER

Publié le 4 Mai 2021 par Romain Jankowski in critiques

Ah, Paul W.S Anderson ! Il faut l'avouer, c'est un réalisateur dont la carrière est des plus chaotiques. La saga RESIDENT EVIL, MORTAL KOMBAT, ALIEN VS PREDATOR, l'affreux LES TROIS MOUSQUETAIRES... Bon, je sauve quand même COURSE A LA MORT (de manière très gentille), POMPEI (parce qu'il y a Kit Harrington) et surtout EVENT HORIZON qui est son seul véritable bon film.

Quelque part, on peut avoir une affection particulière pour lui, pour l'idée d'un certain cinéma qu'il revendique. On lui donne les budgets et il s'éclate avec ce qu'il a. Certains trouvent ça régressifs et ils ont raison. D'autres ne veulent que se vider la tête devant des films souvent décérébrés, mais qui ont le mérite de ne pas atteindre des durées démesurées ! En bref, MONSTER HUNTER s'inscrit dans cette droite lignée de longs-métrages poussifs, trop bruyant, trop crétin, trop puéril. Un grand n'importe quoi qui se suit finalement sans déplaisir puisque nous sommes complètement assommés d'images fracassantes toutes les trente secondes. Anderson est presque parvenu à un niveau expérimental version bad trip du cinéma, accumulant toutes les situations impossible pour mieux les mixer. Il ne prend même plus la peine de dessiner une forme d'intrigue ou de cohérence narrative, ses personnages n'étant finalement que des prétextes pour pousser les mouvements de caméra à leur paroxysme. Le personnage campé par Tony Jaa ne parle pas la même langue (ou presque, on ne sait plus trop) que celui incarnée par Milla Jovovich. Un prétexte utile pour essorer au maximum les lignes de dialogues.

Au moins, Paul W.S Anderson ne se la joue pas grand poète comme Adam Wingard dans GODZILLA VS KONG. Le premier sait ce qu'il filme et ne se soucie pas de la psychologie humaine contrairement au second qui a décidé de se concentrer sur des intrigues secondaires ridicules, nous empêchant de profiter d'un véritable spectacle. MONSTER HUNTER est somme toute assez

limité dans son approche stylistique, le décor désertique étant d'une prédominance exacerbée. Sans compter que le montage épileptique d'Anderson n'aide pas (ce combat entre Milla Jovovich et Tony Jaa est un exemple de non-sens). Malgré tout, les CGI assurent, les monstres étant assez imposants. Durant plus d'une heure, il y a même une certaine retenue qui étonne dans l'utilisation des images numériques, ce qui confère à MONSTER HUNTER une forme de film hybride qui décide de ne plus rien retenir dans un final diablement drôle (Ron Perlman et sa moumoute, voilà un argument pour visionner le film). 

En moins de deux heures, Anderson aura donc bâti une longue bande-annonce pour aboutir vers un vrai début de construction d'univers à la toute fin. Les amateurs du jeu vont encore crier au scandale (à croire que le réalisateur les provoque), les spectateurs auront mangé tout leur pop-corn en pensant à autre chose dès l'apparition du générique de fin puis les cinéphiles resteront quelques instants les yeux rivés sur leur écran, un sourire de consternation aux lèvres. Oui, Paul W.S Anderson a encore frappé. 

 

AVIS GLOBAL : MONSTER HUNTER est un film qui n'a aucun sens, mais qui possède au moins le mérite de l'assumer. La vacuité selon Paul W.S Anderson, c'est tout un art !

NOTE : 07 / 20

 

MONSTER HUNTER  1h43

Un film réalisé par Paul W.S Anderson

Avec Milla Jovovich, Tony Jaa, Ron Perlman, T.I.

 

Actuellement disponible en Blu-ray et VOD.

Commenter cet article