Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
cinema fou

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de FALLING

Publié le 24 Mai 2021 par Romain Jankowski in critiques

Première réalisation du formidable Viggo Mortensen, FALLING est l'histoire d'un fils courageux tentant d'aider un père au cerveau déclinant, bourré de clichés et de stéréotypes. Un homme peu aimable qui cache d'importantes fêlures.

Prenant le parti pris du flash-back, Mortensen déroule son intrigue entre plusieurs temporalités et s'intéresse à la jeunesse du personnage qu'il incarne ainsi qu'à la vie d'un père incapable d'aimer correctement ceux qui l'entourent. FALLING déroule tout un éventail de thématiques durant ses deux heures de bobines, mais la plus exposée reste la main tendue d'un fils à un père détestable qui lui envoie les pires atrocités à la figure. Le rapport amour / haine entre les deux constitue le coeur du récit, si bien qu'on a parfois un peu de mal à comprendre pourquoi le fils s'acharne autant. La bienveillance envers le père reste ancrée et il se surprend parfois à se remémorer des instants suspendus entre eux qui résonnent comme d'imperceptibles preuves d'amour. Le cinéaste ne s'expliquera jamais sur leur relation, mais pointe en filigrane la mort intérieure d'un homme qui a tout raté. 

En désirant aborder plusieurs aspects, Mortensen cède à quelques facilités et n'ose pas souvent sortir des sentiers battus, tout en effaçant étonnamment le personnage de la soeur qui n'aura le droit qu'à peu de temps de présence à l'écran. Il est amusant de voir que le cinéaste se délecte presque de mettre en scène ce qui constitue un enfer sur Terre pour le père : le fils est homosexuel, marié à un chinois, et ont tous deux adoptés une fille provenant d'Amérique du Sud. Son autre petite-fille a des piercings dans un style très contemporain et son petit-fils s'est teint les cheveux en bleu ! La coupe est pleine, et on pourrait

y voir là un véritable abus sociétal, mais Mortensen s'en amuse et on se délecte de voir le visage du formidable Lance Henriksen se déformait par tous ces personnages issus de son propre cauchemar (notamment lors d'une séquence de repas tournant à l'exécution verbale). Le travail de l'acteur est extraordinaire au vu de la difficulté d'incarner un tel personnage. On notera aussi la subtilité de Sverrir Gudnasson qui interprète le Willis plus jeune dans les flash-backs. Il est troublant dans la façon de se mouvoir, de regarder sa femme et ses enfants, d'interpréter certaines phases de la vie. Qui est-il vraiment ? Cet homme dur, issu d'un père violent ? Un homme qui voudrait être aimant, mais qui est incapable de le montrer ? Peut-être que la solution se trouve dans l'entre-deux et qu'aucune réponse n'a besoin d'être apportée.

Imparfait et s'étirant parfois en longueur, FALLING reste un beau premier film, possédant une mise en scène intelligente qui déstructure le récit comme pour mieux affirmer la mémoire défaillante du père. Comme une passerelle entre deux générations, il faut parfois quitter l'ancienne pour se retrouver soi-même. Tourner la page de ses malheurs et recommencer à vivre, tout simplement. Dans un cri déchirant et des larmes de désespoir, le père s'accroche à un seul atome : celle qu'il a toujours aimée...

 

AVIS GLOBAL : Malgré ses imperfections, FALLING est un film réussi qui traite d'un sujet aussi fort qu'émouvant. Le casting est formidable (Lance Henriksen en tête) et la mise en scène de Mortensen recèle d'idées pertinentes.

NOTE : 14 / 20

 

FALLING  1h53 

Un film réalisé par Viggo Mortensen.

Avec Lance Henriksen, Viggo Mortensen, Terry Chen, Hannah Gross.

 

Actuellement au cinéma.

 

Commenter cet article