Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

SNOWDEN, LA VISION DU MONDE MODERNE PAR OLIVER STONE

Publié le 9 Février 2021 par Romain Jankowski in analyses, Cycle Oliver Stone

Le scandale mondial de 2013 est approché par Oliver Stone, le réalisateur adepte des histoires américaines qui fâchent (JFK, WORLD TRADE CENTER). Il tourne Snowden dans tous les sens, de héros à traître, rendant son film mal-aimable et terriblement flippant. 

De son esthétique froide et délétère jusque son sujet lui-même (l'espionnage des temps modernes), SNOWDEN n'est pas un film plaisant et explore toutes les facettes de cette Amérique déraisonnable qu'il a aidé à construire, finalement. Il est le meilleur soldat du pays, celui de la cyber-guerre et de l'anti-conformisme. Même si le doute le ronge à chaque nouvelle mission, il finit toujours par rempiler ! Là est le coeur du scénario qui montre autant la fascination que la répulsion de cet homme face au système. En parallèle, et dans un montage peu heureux, on le voit révéler tous les secrets d'Etat aux journalistes du Guardian. La dualité comme thème central d'une affaire troublante. 

Parfois, le spectateur peut se perdre dans sa perception des choses. Le chef du département où Snowden bosse, interprété par conviction par Rhys Ifans, laisse un raisonnement qui fait réfléchir. Et si ce système de surveillance, contre notre gré, nous protéger de nous-mêmes ? Après tout, comme il le dit, le monde n'a pas connu de guerre depuis soixante dix ans. Chacun sera libre de penser ce qu'il veut, évidemment. Mais, en creux, c'est ce non point de vue qui donne toute la force au film. Il ne penche jamais d'un côté ou de l'autre, ne tranche jamais dans le vif. L'informaticien joué par Joseph Gordon-Levitt (au top) est un être insaisissable, aussi timide que mystérieux. Sa copine (Shailene Woodley) ne donne pas l'impression d'en savoir beaucoup plus. "Secret défense" !

Malgré des problèmes de rythme évidents (la deuxième partie peine à convaincre), SNOWDEN reste un film important sur une époque où on ne sait plus vers qui se tourner. La liberté, pas si loin de la terreur, a un prix. La paix aussi. Mais le profit, lui, est secret... 

A sa sortie, le film est un flop total. Peut-être parce que celui-ci est trop en avance ou qu'il tend un miroir déformant à la société. Toujours est-il qu'avec 34,2 millions de dollars de recettes mondiales, SNOWDEN ne rentabilise pas son budget de 40 millions. En France, il fonctionne bien mieux que dans la plupart des autres pays avec 501 923 spectateurs réunis quand les américains lui réservent un accueil glacial (à peine 21 millions amassés). La presse n'encense pas le film d'Oliver Stone, ce qui ne l'aide pas à faire sa place. Les spectateurs, en revanche, sont conquis par la vision du cinéaste de PLATOON. Depuis sa sortie en 2016, SNOWDEN a été largement réévalué. Et c'est bien mérité. 

SNOWDEN, LA VISION DU MONDE MODERNE PAR OLIVER STONE
Commenter cet article