Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
cinema fou

Critiques de films, news et rétro-cinéma

ALLIÉS, L'ECHEC D'UNE SUPERPRODUCTION HISTORIQUE

Publié le 12 Février 2021 par Romain Jankowski in analyses

En 2016, Robert Zemeckis sort ALLIES et a réuni le duo Brad Pitt / Marion Cotillard durant la seconde guerre mondiale. Mais des belles promesses ne font pas toujours un bon film. Assez décrié, le résultat est-il si bancal ?

Poussé par un vent de classicisme exacerbé et assumé, ALLIÉS est un film comme on n'en fait plus depuis longtemps. Les sentiments sont nobles, les décors trop "parfaits", les acteurs sont plus beaux que jamais et le souffle romanesque transpire à chaque plan. Certains ont été sacrément rebutés par ce style de cinéma "archaïque", loin du réalisme de notre époque, à coup de scènes filmés caméra à l'épaule tremblotante. Ici, chaque plan est très travaillé, travellings et panoramiques à l'appui. Comme Steven Spielberg en a fait les frais pour LE BON GROS GEANT la même année, l'émotion pure et simple ne parvient plus à transcender le spectateur ou les critiques. Une époque malheureusement plus cynique, peu amène de s'ouvrir à des élans sentimentaux appuyés. Dommageable, peut-être, mais aussi très vrai. 

Celui qui assumera ce postulat de départ sera entièrement subjugué par la puissance simple du récit et d'un duo d'acteurs qui fait des merveilles. Malgré une mise en place trop longue et des enjeux parfois confus, le film prend une toute autre ampleur à mi-parcours pour devenir une oeuvre paranoïaque, presque anxiogène. Zemeckis découpe ainsi deux parties, l'une volontairement lente, entrecoupée de scènes d'action époustouflantes, et l'autre plus psychologique. Mais ces deux composantes ont en commun un sens de la mise en scène et du grandiose brillants. Voir un Casablanca reconstruit en studio et en "dur" fait revivre les plus belles pages du cinéma d'époque. 

ALLIÉS repose également (et surtout) sur ses deux acteurs principaux. Brad Pitt, toujours au top, distille une émotion toute en retenue, partagée entre l'amour et le devoir. Marion Cotillard, actrice qui peut être très agaçante par moment, est très à l'aise dans le registre de la dualité et correspond parfaitement à ce personnage trouble. Elle a également une aura parfaite pour interpréter cette femme qui tombe dans une passion dévorante. Et le film d'être finalement une jolie réussite, un spectacle typiquement hollywoodien avec ses scories mais, aussi, une ampleur incomparable dotée d'une partition sonore parfaitement orchestrée par Alan Silvestri. 

Au box-office, le film fut un bide, histoire de confirmer que l'archaïsme de la production ne plaît plus forcément aux spectateurs de notre époque. Avec 113 millions de dollars engrangés pour 85 millions de budget, ALLIÉS ne parviendra même pas à se rentabiliser d'autant qu'il n'a jamais réellement connu de second souffle en vidéo. Robert Zemeckis enchaînera ensuite avec un autre flop, le pourtant réussi BIENVENUE A MARWEN. La fin d'une époque ?

ALLIÉS, L'ECHEC D'UNE SUPERPRODUCTION HISTORIQUE
Commenter cet article