Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
cinema fou

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de SOUL

Publié le 28 Décembre 2020 par Romain Jankowski in critiques

Prévu au cinéma, le dernier Pixar devient finalement l'événement de cette fin d'année côté plateforme de streaming. Au vu de la réalisation de Pete Docter et du nouveau venu Kemp Powers, on se dit qu'on aurait ressenti encore plus fortement les émotions mises en scène sur grand écran, mais c'est une autre histoire. En l'état, on reste admiratif par la façon qu'a le studio de transformer des idées philosophiques en purs concepts cinématographiques. 

Le metteur en scène de VICE VERSA est bien l'un des meilleurs auteurs de la maison. On plaçait de grands espoirs en SOUL qui sont largement remplis. On fut plus surpris par la force émotionnelle de EN AVANT au début d'année, mais on est subjugué par celle de SOUL. Décidé à enchaîner les projets originaux après une flopée de suites, Pixar se renouvelle tout en restant fidèle à sa ligne directrice. On y parle de jazz, de passion, d'obsession artistique, de mort, d'émotions humaines, de rapports sociaux, d'âme, de libre arbitre, de destin... Un ensemble dense qui a la faculté de parler à tous. Ainsi, après une belle introduction, Joe Gardner, un professeur de musique qui se voit grand jazzman, meurt bêtement et soudainement après avoir décroché SA chance pour vivre son rêve. Une utopie brisée lorsqu'il passe de l'autre côté. Enchaînant les fulgurances visuelles, le film part positivement dans tous les sens et pousse les dimensions dans ses retranchements. 

Sans rien révéler de l'intrigue, SOUL se vit, se ressent, s'admire. Passionnant sur la forme, il est terrassant dans le fond. Rempli de leçons de vie, il n'est pourtant jamais moralisateur. Un numéro d'équilibriste inouÏ qui s'est pratiquement transformé en habitude pour le studio. Ce n'est pourtant pas une raison pour ne pas le souligner tant la densité du récit, ramassé en 100 minutes, impressionne. On peut chipoter sur une fin un poil abrupte, mais on en ressort les larmes aux yeux et l'esprit libéré comme si tout ce chemin parcouru avec Joe et son acolyte (savoureuse 22, une âme réticente à descendre sur Terre) était un peu le notre. Dans notre folle envie que tous nos projets aboutissent, dans ce besoin de reconnaissance qui nous anime ou encore dans cette fixation que l'on porte à un but bien précis, on en oublie forcément les éléments les plus essentiels de l'existence. Et en cette année particulière, on se dit que SOUL arrive à point nommé. 

 

AVIS GLOBAL : SOUL sera à ranger aux côtés des grands films estampillés Pixar. Un grand moment rempli d'idées dantesques rehaussée par un rythme affolant et une émotion poignante. Inratable.

NOTE : 17 / 20

 

SOUL 1h42

Un film réalisé par Pete Docter et Kemp Powers.

Actuellement sur Disney+.
 

 

critique de SOUL
Commenter cet article