Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
cinema fou

Critiques de films, news et rétro-cinéma

MIDWAY, LA CHRONIQUE GUERRIERE DE ROLAND EMMERICH

Publié le 13 Novembre 2020 par Romain Jankowski in analyses

Après un INDEPENDENCE DAY, RESURGENCE raté, Roland Emmerich est revenu en 2019 avec un film de guerre reprenant les événements de la bataille de Midway, celle qui a succédé à l'attaque de Pearl Harbor. De ce conflit entre Etats-Unis et Japon, le cinéaste fait ressortir l'aspect militaire de la situation sans réellement donner de la chair à son histoire. 

Certes, on ne parle pas du réalisateur le plus subtil de l'Histoire du cinéma (en témoignent 2012, 10 000 ou encore GODZILLA), mais il a aussi mis en scène d'autres oeuvres puissantes (THE PATRIOT, LE JOUR D'APRES) ou cultes (INDEPENDENCE DAY, STARGATE). Ici, dans un déluge numérique, il rappelle le spectateur aux grandes heures du film de guerre en convoquant tout ce qui fait les qualités du genre. Malheureusement, ça part mal : en désirant remettre l'attaque de Pearl Harbor en avant, le prologue nous fait immédiatement penser à une version low cost du film de Michael Bay. C'est injuste, mais c'est ainsi. Passée la déception, l'intrigue commence à concentrer tous ses protagonistes pour une lutte interne et externe prenante. Mais toujours un peu limitée... 

Avec 100 millions de dollars de budget, MIDWAY se défend visuellement mais s'oblige à redoubler d'effets numériques pour assurer un spectacle inégal (autant Emmerich assure dans sa mise en scène, autant il a parfois du mal à bien gérer la surdose d'effets visuels rendant certaines batailles difficilement lisibles). Pour autant, le film n'est pas un ratage complet, le rythme s'efforçant de ne jamais baisser malgré quelques passages obligés (les discours virils de militaires prêts à l'attaque, ces plans assez inutiles sur les femmes restées au foyer) avec un casting plus qu'honorable : Patrick Wilson assure tranquillement, Woody Harrelson fait le job tandis qu'Ed Skrein s'améliore de film en film. 

Reste encore cette petite nostalgie du film de guerre qui a un peu disparu aujourd'hui. MIDWAY ne possède rien de neuf, joue encore l'américanisation troublante (un hommage aux soldats japonais en générique, mais le côté émotionnel du film n'est que du côté américain...), mais se révèle être un divertissement honnête qui ne cherche pas à aller plus loin que son simple sujet (la bataille de Midway). 

Au box-office, le film est un bide, réunissant tout juste 123,2 millions de dollars. Elle est loin l'époque de INDEPENDENCE DAY avec ses 816,9 millions (qui ferait, au réajustement de dollar, 1,6 milliard aujourd'hui), LE JOUR D'APRES (542 millions) ou encore 2012 qui avait fait un tabac lors de l'automne 2009 avec plus de 769,9 millions. Pour son prochain long-métrage, Emmerich partira dans l'espace avec MOONFALL, un film-catastrophe avec Patrick Wilson et Halle Berry et prévu pour 2022 dans les salles. 

MIDWAY, LA CHRONIQUE GUERRIERE DE ROLAND EMMERICH
Commenter cet article