Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de UNDERCOVER

Publié le 2 Janvier 2019 par Romain Jankowski in critiques

Cinq ans après l'excellent '71, le français Yann Demande revient avec cette incroyable histoire vraie centrée sur Richard Wershe Jr. qui, à l'âge de 14 ans, va devenir informateur pour le FBI en infiltrant d'importants trafiquants de drogue.

Au-delà de sa situation pour le moins étonnante, le cinéaste brode vite une histoire de famille et les liens qui rattachent notre jeune protagoniste à celle-ci : il y a d'abord le père, incarné par Matthew McConaughey, qui apparaît dès la première scène dans une foire aux armes, comme une alerte du sombre futur qui l'attend lui et son fils, puis la soeur junkie, qui ne supporte plus le père, et enfin les grands-parents, un petit refuge pour Richard. Yann Demange se concentre alors sur l'Amérique d'en bas, celle qui a "foiré", celle qui ne peut compter que sur de mauvais larcins pour s'en sortir. Alors le jeune Richard, pour voir sa famille sortir de son trou, va prendre les choses en mains. 

Dans les années 80, en pleine guerre contre le traffic de drogues, les autorités n'ont pas lésiné sur les moyens pour débusquer les hors-la-loi. Sous surveillance, Richard joue alors un double jeu dangereux. Le film joue constamment sur ce petit fil qui sépare son protagoniste du drame. Le montage est nerveux, mais, en contrepartie, oublie un peu d'étayer certains faits. On aurait aimé voir l'amitié entre Richard et Boo un peu plus développée tout comme l'environnement global dans lequel il tombe. Tout va un peu vite côté script si bien qu'il se heurte au problème récurrent de ce genre de film où l'on a l'impression d'assister à un résumé des faits. Mais en insistant sur la relation d'un père et son fils, Demange trouve le bon angle pour raconter le destin tragique d'un adolescent un peu paumé. 

Dans une dernière demi-heure émouvante, UNDERCOVER devient le film qui se cachait sous la surface. Le jeune Richie Merritt est impressionnant dans son premier rôle, tout en fragilité contenue et confiance illusoire pour se mesurer à ses interlocuteurs. A ses côtés, il y a toujours l'intense Matthew McConaughey qui livre, une nouvelle fois, une interprétation bouleversante. Il est de cette trempe d'acteur qui n'a besoin que d'un seul regard pour justifier toute une scène. Il faut le voir regarder ses enfants comme un père qui sait très bien qu'il a tout foiré dans sa vie. Il faut le voir craquer, expier ses péchés comme un homme qui n'a jamais très bien compris ce qu'il devait faire et où il devait aller (qui résulte là aussi d'un héritage familial difficile). En l'espace de quelques scènes, il parvient à exacerber les intentions du cinéaste ou comment le poids familial peut influencer une trajectoire remplie de désillusions. Un film peut-être imparfait, mais qui émeut par sa dimension universelle. 

 

AVIS GLOBAL : Parfois brouillon dans la narration de ses événements, UNDERCOVER marque par sa profondeur psychologique, notamment dans la relation père-fils. Richie Merritt et Matthew McConaughey forment un duo remarquable. 

NOTE : 13 / 20

 

UNDERCOVER  1h51

Un film réalisé par Yann Demange

Avec Matthew McConaughey, Richie Merritt, Jennifer Jason Leigh, Bel Powley. 

critique de UNDERCOVER
Commenter cet article