Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de ROBIN DES BOIS

Publié le 1 Décembre 2018 par Romain Jankowski in critiques

Enième adaptation de la légende Robin de Loxley née au Moyen Age et repris à chaque temporalité pour en faire un justicier luttant contre l'oppression. Il y a d'ailleurs tellement de versions de cette histoire que chacun peut la réinterpréter à sa manière. Et, indiscutablement, c'est une règle que le réalisateur Otto Bathurst a vivement appliqué. 

Dans le ROBIN DES BOIS version 2018, on ne s'embête donc plus à parler comme au Moyen Age (d'ailleurs on ne sait même pas quand ça se déroule tant la temporalité semble confuse), on ne s'embête plus à rester crédible par rapport à son contexte et on ne s'embête même plus à habiller les personnages avec des vêtements de leur époque. Une ultra-modernisation qui tâche d'autant que la critique contre le gouvernement résonne de manière bien trop abrupte avec notre époque. Tout comme la situation géo-politique, entre financement des milices et armement de l'adversaire. La subtilité n'est pas de mise ici. 

Avec 100 millions de budget, le réalisateur réussit au moins à enchaîner quelques morceaux de bravoure : c'est simple, le film n'arrête pas de castagner, d'exploser et de s'enflammer. Un plaisir simple qui compense le manque de profondeur. Malgré quelques fonds vert maladroits et d'horripilants ralentis (on fait encore ça aujourd'hui ?), il faut bien avouer qu'il y a une certaine maîtrise technique comme cette course-poursuite entre deux chars où des flammes surgissent de nulle part juste pour en mettre plein les yeux. On est alors un peu piégé puisqu'on sait que le film n'a que peu de consistance, mais qu'il reste malgré tout agréable. On prend toujours un certain plaisir à voir ce Robin voler aux riches pour distribuer aux pauvres et Taron Egerton donne tout ce qu'il a et s'avère assez crédible en jeune justicier. Ce n'est pas le cas du reste du casting, la pauvre Eve Hewson qui interprète une Marianne bien fade, Ben Mendelsohn qui en fait des tonnes en shérif ou encore Jamie Dornan qui contracte la mâchoire à chaque dialogue dans un rôle ridicule. Jamie Foxx est plus crédible, mais c'est son personnage qui ne l'est pas. D'ailleurs, de manière inexplicable, il disparaît du récit durant un bon moment. 

Cette nouvelle version devait donc ouvrir la porte à une saga (pour vous donner une idée, la fin du film fonctionne presque comme une bande-annonce !), mais ce ne sera jamais le cas à cause des chiffres désastreux au box-office. ROBIN DES BOIS ne deviendra pas le nouveau classique de sa génération, mais il devrait combler votre samedi soir si vous recherchez un divertissement rythmé, spectaculaire et peu réfléchi. C'est déjà ça.

 

AVIS GLOBAL : Avec sa modernisation outrancière, ROBIN DES BOIS se plante à tous les niveaux en terme de dramaturgie. En revanche, le spectacle est présent et devrait combler les amateurs de pyrotechnie par sa dynamique constante. 

NOTE : 10 / 20

 

ROBIN DES BOIS  1h56

Un film réalisé par Otto Bathurst

Avec Taron Egerton, Jamie Foxx, Eve Hewson, Ben Mendelsohn.

critique de ROBIN DES BOIS
Commenter cet article