Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
cinema fou

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de LES VEUVES

Publié le 2 Décembre 2018 par Romain Jankowski in critiques

Depuis son oscar du meilleur film obtenu en 2014 pour le sublime 12 YEARS A SLAVE, on avait perdu Steve McQueen qui devait, il est vrai, se remettre d'un tel engouement qui l'a un peu dépassé. Et pour son retour, il surprend en réalisant un film de braquage qui veut autant divertir que faire réfléchir. En somme, une histoire limpide rendue compliquée par des mouvements politiques et communautaires, tous éclatés par une galerie de personnages formidables.

C'est d'ailleurs le premier détail qui frappe : toujours accroché à son personnage principal dans ses précédents longs, le cinéaste ouvre son récit sur plusieurs destins, diluant alors son propos dans divers combats. Au premier abord, LES VEUVES peut rebuter car il veut en dire trop et n'évite pas toujours des twists attendus. Il n'est pas forcément un excellent film de braquage puisque même si on le définit ainsi (y compris McQueen), l'opération en elle-même n'est pas un moyen de s'enrichir, mais de survivre. De plus, elle ne constitue pas le coeur du scénario co-écrit par Gillian Flynn (GONE GIRL). Celui-ci hisse ces quatre femmes au-dessus de leur condition dépendante pour enfin s'affranchir du carcan phallocratique dans lequel la société les a enfermées. Aucun doute que McQueen en rajoute beaucoup, mais en s'installant à Chicago, ville schizophrène et difficile (superbe plan-séquence à l'extérieur d'une voiture où l'on passe d'un ghetto à une banlieue aisée tout en écoutant les paroles d'un politicien), il tape juste en montrant le combat de ces femmes qui sont plus intelligentes que ne le pensent ces hommes dominants. 

Le casting est l'une des grandes forces du film, en commençant bien sûr par la toujours formidable Viola Davis qui peut émouvoir en un seul regard autant qu'elle arrive à montrer toute la détermination de son personnage brisé par un drame antérieur. Michelle Rodriguez surprend également dans un rôle différent, une mère à qui on prend tout et qui doit elle aussi se relever sans un mari envahissant. Elisabeth Debicki s'en sort très bien tandis que Cynthia Erivo aurait mérité plus de place tant elle s'avère talentueuse. La galerie de protagonistes est tellement grande qu'on ne pourra pas les citer tous, mais on saluera l'énorme performance de Daniel Kaluuya en nettoyeur de problèmes (l'oeil fou, la dégaine nonchalante, il approche de ses futures victimes comme un animal sur sa proie) et celle plus subtile qu'il n'y paraît de Colin Farrell qui se voit interpréter un politicien ambigu. 

Il y a de très grands moments dans LES VEUVES (scène d'intro démente, des face-à-face d'une tension remarquable, les vérités assenées entre père et fils avec un Robert Duvall rageur, un plan final d'une beauté absolue) et si on bascule parfois dans le trop-plein, force est de constater qu'il y a des idées à la pelle aussi brutales qu'émouvantes. C'est un film qui regarde en face sa société et qui n'a pas peur d'être taxé de tous ces termes qui sont à la mode aujourd'hui. Sauf que McQueen s'attache avant tout à des personnes qui tentent de vivre dans un milieu d'extrémités où trouver sa propre voie est presque impossible. 

 

AVIS GLOBAL : Rempli d'idées de cinéma, le nouveau film de Steve McQueen est une belle réussite chargeant violemment le monde qu'il dépeint. On déborde un peu parfois, mais l'excellent casting rattrape toujours les quelques moments de faiblesse. 

NOTE : 15 / 20

 

LES VEUVES  2h09

Un film réalisé par Steve McQueen

Avec Viola Davis, Michelle Rodriguez, Elisabeth Debicki, Cynthia Erivo.

critique de LES VEUVES
Commenter cet article