Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
cinema fou

Critiques de films, news et rétro-cinéma

GALVESTON, BEN FOSTER ET ELLE FANNING CHEZ MELANIE LAURENT

Publié le 8 Octobre 2018 par Romain Jankowski in dossiers

GALVESTON, BEN FOSTER ET ELLE FANNING CHEZ MELANIE LAURENT

Retrouver l'actrice-réalisatrice française derrière un projet indépendant américain est surprenant. Souvent confiés à des cinéastes américains qui connaissent mieux les travers sociaux du pays, ce genre de projet est une aubaine pour Mélanie Laurent. Surtout quand on travaille avec Tyler Davidson, le producteur de TAKE SHELTER. 

Suite à l'envoi du scénario par ce dernier, la réalisatrice du très réussi LES ADOPTÉS tombe amoureuse d'un récit qui embarque les protagonistes dans la Nouvelle-Orléans de 1988 pour un road trip du désespoir. GALVESTON est en fait une adaptation du roman écrit par Nic Pizzolatto, devenu célèbre avec sa série TRUE DETECTIVE.

Puisant ses sources dans l'âge d'or du roman noir (personnages désemparés avec peu d'avenir et sans réel passé), le film a emmené Mélanie Laurent jusqu'au Texas (comme le titre l'indique, Galveston étant une ville de cet état). Avec son directeur de la photographie, Arnaud Potier, ils ont capté la lumière intense de cet état tout en réalisant un film d'époque, le scénario plaçant son intrigue dans les années 80. Pour parfaire sa subtilité visuelle, la réalisatrice a pu compter sur un duo d'acteurs performant : Ben Foster et Elle Fanning. Lui joue le rôle du petit gangster rongé par la maladie et qui se voit piéger par son boss. C'est dans sa fuite qu'il rencontre Rocky (Fanning), une jeune prostituée. La force de l'intrigue se concentre dans ces deux protagonistes qui n'ont rien d'exemplaire, mais qui sont montrés sans pathos et avec beaucoup de retenue. Mélanie Laurent a insisté sur les regards, les silences en laissant beaucoup respirer son film qui se déleste de quelques dialogues alourdissants. 

Bien sûr, le montage ne fut pas simple, la cinéaste devant composer avec les impératifs américains. La difficulté d'avoir le final cut (encore plus pour les européens) l'a un peu malmenée. Elle a dû se battre pour ses idées même si cette étape l'a visiblement épuisée. Malgré tout, elle a bouclé le film qu'elle voulait en composant avec ces directives que de nombreux cinéastes connaissent. 

GALVESTON sort ce mercredi 10 octobre au cinéma.

(Re)découvrez la bande-annonce ici :  

Commenter cet article