Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
cinema fou

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de LOVE, SIMON

Publié le 30 Juin 2018 par Romain Jankowski in critiques

Début des années 2000, un événement historique se déroule sur la télévision américaine : c'est la première fois qu'un baiser gay est montré sur une network. Ce n'est peut-être rien aujourd'hui, mais à l'époque, cette scène avait fait grand bruit. C'était dans DAWSON, série produite par Greg Berlanti. Dix-huit ans plus tard, ce dernier revient à la charge pour secouer cette fois le cinéma dans le premier film de studio qui a pour thème l'homosexualité et dont le personnage principal est un homosexuel qui a peur de le révéler à son entourage. 

Dans un teen movie drôle et tendre, le cinéaste s'approprie un pan entier du cinéma de John Hughes et emballe le tout dans une jolie chronique idéale, s'adressant à la génération qu'il met en scène tout en discutant avec les adultes et lui-même, puisque Berlanti est ouvertement gay et a toujours rappelé la difficulté de faire son coming-out. Quelles répercussions pourraient-ils y avoir ? Comment les gens réagiraient-ils ? Autant de questions que Simon se pose, un jeune homme droit et honnête qui s'efface souvent au profit des autres. A ses côtés, deux amis de longue date et une nouvelle qui est arrivée en début d'année. LOVE, SIMON ne compte rien révolutionner et c'est peut-être là sa plus grande force : l'imagerie du lycée américain est respectée.

Au-delà de sa propreté absolu (c'est la middle class américaine, tout le monde est beau, les gens sont aimants), le film puise dans son superbe casting pour chercher une vérité, celle d'ados qui vivent à travers les écrans pour espérer mieux s'approprier la réalité. C'est ainsi que commence la relation entre Simon et le mystérieux Blue. Un fil rouge réellement passionnant où l'on se demande bien qui se cache derrière ce pseudonyme. Nick Robinson est très attachant une nouvelle fois, rendant ce Simon réel et naturel. Katherine Langford est un peu effacée dans le rôle de la meilleure amie (même si l'alchimie entre les quatre personnages principaux est prégnante) tandis que Tony Hale est hilarant dans le rôle du proviseur un peu déjanté. 

C'est l'univers de Greg Berlanti : nous faire ressentir des émotions vraies dans un schéma certes classique, mais qui fait réellement du bien. LOVE, SIMON est le petit vent de fraîcheur de cet été.

 

AVIS GLOBAL : Très tendre et classique, LOVE, SIMON n'en est pas moins très attachant et pertinent dans sa façon de montrer les difficultés d'assumer sa sexualité. Un teen movie typique joliment emballé.

NOTE : 13 / 20

 

LOVE, SIMON  1h49

Un film réalisé par Greg Berlanti

Avec Nick Robinson, Katherine Langford, Jennifer Garner, Logan Miller. 

 

critique de LOVE, SIMON
Commenter cet article