Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
cinema fou

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de LE 15H17 POUR PARIS

Publié le 9 Février 2018 par Romain Jankowski in critiques

Plus d'un an après SULLY, le grand Clint Eastwood revient à la réalisation avec une autre histoire de courage en racontant les événements qui se sont déroulés à bord du Thalys le 21 août 2015. Ce jour-là, trois jeunes américains neutralisent un terroriste armé jusqu'aux dents. 

A l'annonce du projet, on se demandait bien ce que pourrait en tirer Eastwood, l'évènement en lui-même ne durant qu'une poignée de minutes. Le scénario retrace alors le passé de nos héros modifiant ainsi considérablement la trame pour se concentrer sur la notion de destin. En faisant jouer les personnages par les vrais protagonistes, Eastwood réalise un film hybride à mi-chemin entre le documentaire et la fiction. Tout se mêle de manière assez étonnante et ce parti pris permet de donner un impact différent au projet. De plus, Spencer Stone porte littéralement l'ensemble sur ses épaules, révélant un jeu d'acteur d'un naturel stupéfiant. Anthony Sadler et Alek Skarlatos sont un peu en retrait. 

Les thèmes réguliers du cinéaste sont là et la force tranquille de sa mise en scène est intacte. Il parle de l'enfance à travers la banalisation des armes (Spencer possède des armes d'airsoft dès son plus jeune âge, la guerre est ancrée dans la tête des enfants avec drapeau américain à l'appui) et la dureté de l'éducation. Ces trois jeunes sont souvent remis à leur place pour

manquement aux règles. Une dureté que Spencer subira de nouveau à l'armée dont la respiration vitale passera par un voyage en Europe. A l'instar de AU-DELA, Eastwood s'interroge sur le destin et sur ce que la vie vous pousse à faire ou non. Ainsi, on ne comprend pas vraiment pourquoi il a décidé d'entrecouper la progression de l'intrigue par quelques plans furtifs de l'attaque dans le Thalys. Ces derniers réduisent l'impact et surlignent le propos puisque le cinéaste nous montre que chaque apprentissage de la vie de Spencer servira à ce moment précis. 

Comme on pouvait s'y attendre, l'affrontement final est musclé avec une mise en scène sèche et des coups retentissants. Il est malheureusement précédé d'un long passage en Europe qui veut appuyer la notion de réalité, retraçant avec exactitude le parcours les menant à bord du Thalys, mais qui dure beaucoup trop de temps pour ne pas lasser. LE 15H17 POUR PARIS manque finalement de thèmes à développer sur une heure et demie, de sous-intrigues à présenter alors il se dilue sur la longueur. Il est certain que le nouvel opus du maître fera débat auprès de ses fans et des spectateurs. 

 

AVIS GLOBAL : Un geste héroïque pour une réflexion sur le destin. Une histoire que Clint Eastwood tire avec sa force habituelle diluant malgré tout son propos dans un montage peu pertinent. Reste une dimension humaine touchante dominée par un Spencer Stone impressionnant. 

NOTE : 12 / 20

 

LE 15H17 POUR PARIS  1h34

Un film réalisé par Clint Eastwood

Avec Spencer Stone, Alek Skarlatos, Anthony Sadler, Jenna Fischer. 

 

critique de LE 15H17 POUR PARIS
Commenter cet article

Lilian 10/02/2018 10:37

Je suis d'accord avec certains points.
En fait j'ai pas trop compris ce qu'a voulu faire eastwood...