Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de LE CRIME DE L'ORIENT-EXPRESS

Publié le 20 Décembre 2017 par Romain Jankowski in critiques

Plus de quarante-trois ans après l'adaptation de Sydney Lumet du roman culte d'Agatha Christie, Kenneth Branagh l'amoureux du théâtre reprend cette histoire à son compte en ne révolutionnant rien, mais en combinant tous les aspects évidents du roman. 

La résolution étant connue par de nombreux spectateurs aujourd'hui, difficile de redonner un vent de fraîcheur à cette histoire. En réunissant une pléiade de stars comme Lumet en 1974, Branagh ne parvient pas à tirer son intrigue vers le haut, laissant juste ses comédiens en faire des tonnes pour tenter d'exister. Parce que, clairement, ce qui manque à cette relecture c'est son manque de chair. Certes, Hercule Poirot est un enquêteur de génie, mais, à l'instar des romans, devient finalement presque un médium. L'oeuvre de l'auteure comporte d'ailleurs nombre de facilités quand on y regarde de plus prés, la déduction de Poirot étant parfois trop abrupte. Branagh l'accentue ici tant on comprend mal comment il est arrivé à la conclusion finale avec si peu d'indices. On ne s'attache jamais aux personnages-suspects puisque leur temps à l'écran est bien trop limité (et leur psychologie mal travaillée). 

Pendant qu'il patine sur le fond, le réalisateur éblouit sur la forme avec sa mise en scène précise. Travelling latéral dès la montée du train, jolis mouvements de caméra, pause extérieure avec des superbes vues sur le paysage, Branagh épate la galerie. Certains lui reprocheront cette grandiloquence (qui apporte peu au récit, c'est vrai) mais on ne peut lui reprocher cet esthétisme bien maîtrisé. La problématique de cette histoire c'est son immobilisme, ce sont ces couloirs très étroits et son aspect irrémédiablement théâtral. En incarnant Hercule Poirot, Kenneth Branagh va là aussi diviser. On a aimé son sur-jeu digne du 6ème art, mais d'autres s'agaceront de celui-ci. 

Enfin, la trajectoire personnelle de Poirot s'achève de manière pertinente. Soudain, le cinéaste lâche les vannes et fait naître l'émotion, celle d'un homme aspirant au repos et qui vient de comprendre que ses convictions ne sont plus aussi évidentes. Les cinq dernières minutes sont celles d'une remise en question et d'un teasing pour une future adaptation. 

 

AVIS GLOBAL : Cette relecture manque d'équilibre dans le récit, patinant largement quand il faut insuffler un peu de tension. Reste la mise en scène éclatante et la résolution finale à qui ne la connaît pas déjà.

NOTE : 11 / 20

 

LE CRIME DE L'ORIENT-EXPRESS  1h49

Un film réalisé par Kenneth Branagh

Avec Kenneth Branagh, Michelle Pfeiffer, Josh Gad, Johnny Depp. 

critique de LE CRIME DE L'ORIENT-EXPRESS
Commenter cet article