Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de BRIGHT

Publié le 28 Décembre 2017 par Romain Jankowski in critiques

Quand on entend partout qu'un film est une catastrophe abyssale, on a forcément tendance à revoir nos ambitions en ce qu'il concerne. Soit cela se confirme à la vision, soit on a finalement une bonne surprise (relative ou forte). Le nouveau film de David Ayer n'a pas été épargné. 

La première production d'ampleur de NETFLIX fait parler et c'est tant mieux pour la plateforme (qui a déjà validé un deuxième volet avant même la mise en ligne du premier !) qui va voir ses

chiffres d'abonnés grimper en flèche. BRIGHT possède de nombreuses limites autant que de bonnes idées mal exploitées. On reconnaît peu le David Ayer des débuts, celui du méchant END OF WATCH ou du rude FURY (sans oublier le scénario de TRAINING DAY auquel BRIGHT fait parfois penser). En revanche, on a maintenant la confirmation que SUICIDE SQUAD était un peu de lui. Même ambiance visuelle, musique hip-hop toutes les trois minutes, des séquences d'action filmées sans génie ou encore, difficulté de faire avancer un récit ampoulé et parasité par des personnages à l'importance toute relative. 

Un univers est mis en place, indiscutablement. Il y a même beaucoup de directions intéressantes comme ce monde qui se divise entre Hommes, Orcs et Elfes, la mythologie des baguettes, des Bright, du Seigneur des ténèbres. Pourtant, on ne se concentre que trop rarement sur l'un ou l'autre. Si le film avait été à l'image de sa première demi-heure, il aurait été une réussite incontestable. En traitant des problèmes sociaux et discriminatoires, David Ayer retrouvait ses thèmes de prédilections, penchant vers une violence inévitable dans un Los Angeles crasseux. Il réussit beaucoup moins le virage fantasy puisque ses personnages n'existent pas. Qui est vraiment Tikka, l'elfe qui accompagne nos deux héros ? A quoi sert Liela, interprétée par Noomi Rapace ? Sans parler de Kandomere (Edgar Ramirez) qui n'a que très peu de place ici. On sent parfois que le scénario de Max Landis ne parvient plus à avancer et c'est alors qu'une scène d'action intervient pour briser la monotonie. Carton rouge pour ce final hideux visuellement, renvoyant presque aux productions Asylum (ou à celui de SUICIDE SQUAD, c'est au choix).  

Heureusement, Will Smith et Joel Edgerton sont largement à la hauteur. Le premier retrouve sa verve d'antan tandis que le second est parfait dans son rôle d'Orc rejeté et en manque de reconnaissance. Les dialogues entre eux sont ceux qui fonctionnent le mieux et leur alchimie fait des étincelles. BRIGHT s'achève et reste, en l'état, une série B de moyenne facture n'exploitant pas un potentiel que l'on peut apercevoir subrepticement. En tout cas, 90 millions, ça fait cher...

 

AVIS GLOBAL : Une première demi-heure dense, un duo de flics qui fonctionne, un univers intrigant, BRIGHT aurait pu être très bien. Malheureusement, il s'enfonce au fil des minutes dans des scènes d'action peu enthousiasmantes et un scénario qui tourne souvent à vide. Dommage. 

NOTE : 09 / 20

 

BRIGHT   1h56

Un film réalisé par David Ayer

Avec Will Smith, Joel Edgerton, Lucy Fry, Noomi Rapace. 

Commenter cet article