Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
cinema fou

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de AMERICAN NIGHTMARE 3, ELECTIONS

Publié le 27 Juillet 2016 par Romain Jankowski

critique de AMERICAN NIGHTMARE 3, ELECTIONS

Il y a indiscutablement un grand film tapie dans ce postulat de départ excellent : le meurtre est autorisé pendant 12 heures, chaque année, aux Etats-Unis. On y questionne les armes, l'âme humaine, l'aspect politique de cette "purge". Trois volets, trois films variant sur le même thème. Et pourtant, ils donnent tous l'impression qu'ils n'ont jamais été au bout de leurs idées.

James DeMonaco, l'initiateur de cette franchise, emballe son film dans une énergie folle indiscutable. Mais il ne cherche jamais à être plus que ça. Pourtant, on y croyait dur comme fer. Le premier était un huis-clos, montrant l'Amérique aisée en proie au doute et au sacrifice, à travers le prisme d'une famille dysfonctionnelle et qui s'unissait dans la douleur. Haletant et au constat implacable (la famille est obligée de tuer pour s'en sortir), le premier volet est le plus abouti de la franchise malgré quelques défauts et un manichéisme un poil agaçant. Le deuxième ouvrait alors les portes de la ville, des meurtres sanglants, de la véritable chasse qui s'opérait dans les rues avec des trafiquants d'Hommes, des riches payants pour voir des pauvres mourir ou encore des familles pourries par l'orgueil. Une plongée saisissante, mais toujours pas totalement convaincante à cause de cette fâcheuse manie du cinéaste à vouloir montrer des "bons" et des "méchants", trouvant la grâce dans le pardon.

On attendait alors que ce numéro trois, en rapport avec les élections présidentielles, pousse le curseur dans le rouge. Mais passées les dix premières minutes, le cinéaste nous ressert les mêmes idées, le même découpage : quelques personnages qui se préparent à la purge. Voilà. On retrouve avec plaisir notre cow-boy (Frank Grillo, toujours impeccable) devenu garde du corps de la sénatrice voulant supprimer la purge, mais la castagne finit un peu par lasser jusqu'au dernier quart d'heure vraiment ridicule.

Contrairement au précédent, on a du mal à s'attacher à des personnages totalement archétypaux, peu aidés par des dialogues didactiques et souvent niais. L'interprétation n'est pas toujours au mieux non plus. Peu passionnant donc, mais force est de constater que le film n'est pas ennuyeux pour autant et reste même franchement dérangeant à certains moments. Le cinéaste possède une imagerie malsaine qu'il met en scène avec un assourdissant savoir-faire. Des images iconiques (ces masques toujours aussi réussis, des nouvelles tortures sanglantes) et cette caméra plongeant dans l'enfer pur quand il s'agit d'effroyables exécutions faites avec plaisir. AMERICAN NIGHTMARE n'est vraiment pas à mettre sous tous les yeux et exige une distance nécessaire pour certains spectateurs.

AVIS GLOBAL : Toujours pas le grand film attendu, AMERICAN NIGHTMARE 3 est néanmoins un film de genre divertissant possédant quelques séquences effroyables et réussies. On s'indignera seulement des défauts d'écriture concernant les personnages...

NOTE : 12 / 20

AMERICAN NIGHTMARE 3, ELECTIONS 1h45

Un film réalisé par James DeMonaco

Avec Frank Grillo, Elisabeth Mitchell, Mykelti Williamson, Joseph Julian Sorria.

critique de AMERICAN NIGHTMARE 3, ELECTIONS
Commenter cet article

andika 29/07/2016 15:56

Je crois que le film n'est pas à propos de la purge mais à propos de la société américaine. Plus les opus passent, plus ce message, qui était en sous texte au début, devient de plus en plus intelligible, de plus en plus explicite. Et contrairement au deux premiers, j'ai été moins frustré par l'exploitation du concept de la purge.