Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
cinema fou

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de NIGHT RUN

Publié le 14 Mars 2015 par Romain Jankowski

critique de NIGHT RUN

Jaume Collet-Serra est un drôle de réalisateur. Après avoir réalisé sa petite bombe ESTHER il enchaîne dés lors une apparente mise en condition hollywoodienne pour se démarquer par sa remarquable teneur cinématographique. Et entame également une collaboration avec le toujours excellent Liam Neeson.

Un tournant qui a lieu en 2011 quand sort SANS IDENTITE avec Neeson. Sous son apparence de série B, Collet-Serra dévoile une histoire à multiple point de vue et redoutablement emballante. Sa mise en scène est fluide, ses scènes d'action impeccablement découpées. Il enchaîne avec le très bon NON-STOP, toujours avec Neeson, dans un thriller claustrophobique un peu incohérent mais bien rythmé. Mais pour tout avouer, j'avais quand même un peu peur de ce NIGHT RUN. En se basant sur la promotion avec son affiche horrible, ses bandes-annonces renvoyant Neeson dans le monde de TAKEN et son pitch bien loin de l'esprit du film ( histoire de vengeance d'un malfrat à qui on a tué son fils), on était en droit d'attendre à quelque chose d'un peu bas de gamme. Mais encore une fois, le cinéaste espagnol parvient à surprendre. Bien plus profond qu'il ne le laissait penser de prime abord, NIGHT RUN est en fait une histoire de liens familiaux brisés, de filiation ratée et celle d'un homme désespérément seul qui a commis tellement d'actes horribles qu'il ne peut pas se résoudre à vivre normalement. Oui, le malfrat qui tente de se racheter au prés de sa famille n'a rien d'original, oui il y a des tonnes d'incohérences mais l'essentiel n'est pas là. Il se trouve justement dans le talent qu'a ce réalisateur de partir d'un pitch simple pour l'emmener dans des directions tout-à-fait personnelles. A ce titre, la relation père-fils impeccablement interprété par Liam Neeson et Joel Kinnaman est vraiment touchante. Dans ces regards perdus, dans cette histoire qu'ils n'ont jamais pu écrire ensemble et finalement dans l'action où ils trouveront un moyen d'être réunis pour la première fois de leur vie. Et en face, Ed Harris qui campe le père vengeur. Mais le réalisateur prend là aussi un archétype pour mieux le détourner. Il n'y a aucune haine chez ce malfrat envers le personnage de Liam Neeson car ils sont amis. Mais le fait que ce dernier ai tué son fils qui lui-même voulait tué le fils à Jimmy (Liam Neeson) enclenche une réaction en chaîne inarrêtable. Ed Harris est d'ailleurs touchant en patriarche. Il révèle une subtilité émouvante quand il sait qu'il devra tuer son meilleur ami.

Ces émotions distillées avec justesse sont ce qui fait le coeur de NIGHT RUN. En plus de ces solides scènes d'action qui pimentent le film, réalisées avec le savoir-faire habituel de Collet-Serra. La poursuite dans un immeuble est vraiment haletante et le final, qui se déroule dans une forêt, est absolument redoutable de suspense. On suit l'ensemble comme une rédemption mais pas celle idéale souhaitée plutôt celle tragique et élégiaque. Surprenant, toujours.

NIGHT RUN 1h54

Film réalisé par Jaume Collet-Serra

Avec Liam Neeson, Joel Kinnaman, Ed Harris, Genesis Rodriguez.

NOTE GLOBALE 14 / 20

critique de NIGHT RUN
Commenter cet article