Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

LE GRAND JEU, JESSICA CHASTAIN AU SOMMET DE SON ART

Publié le 18 Février 2021 par Romain Jankowski in dossiers

Avec ses bons mots et ses dialogues écrits sur mesure, Aaron Sorkin est l'un des scénaristes les plus talentueux d'Hollywood. THE SOCIAL NETWORK, LE STRATEGE ou encore STEVE JOBS démontrent son talent pour réussir à scénariser l'impossible, soit l'invention de Facebook, les statistiques du baseball et trois grands moments dans la vie du célèbre créateur ! En 2018, pour son premier film en tant que réalisateur, Sorkin s'est attaqué au roman écrit par Molly Bloom qui narre sa véritable existence, sorti en 2014 sur IT BOOKS. 

Choisissant la magnétique Jessica Chastain pour le rôle de Molly Bloom, le néo-cinéaste n'a pas pris de risques : son interprétation en femme d'affaires impitoyable dans MISS SLOANE avait déjà fait merveille. Dans LE GRAND JEU, elle trouve là une intensité impressionnante, sublimée par des dialogues remarquables. Elle est parvenue à porter cette histoire vraie assez incroyable : en 2004, Molly Bloom débarque à Los Angeles où, en tant que simple assistante, elle assiste son patron qui organise des tournois de poker autour de parties clandestines. Virée, elle va décider de monter son propre cercle où la mise d'entrée est de 250 000 dollars. Son business fleurit très vite tandis que le FBI et la mafia ne vont tarder à se mêler des affaires de la fameuse Molly Bloom...

Le génial Idris Elba n'est pas en reste tandis que Kevin Costner vient apporter son talent dans un film impressionnant, mais qui passa un peu inaperçu à sa sortie en 2018. Avec son budget de 30 millions, il ne rentra pas totalement dans ses frais avec des recettes décevantes s'élevant à 48 millions. Il faut dire que LE GRAND JEU est exigeant et ne prend pas son spectateur par la main pour démêler tous les faux-semblants d'une intrigue rondement menée. 

 

LE GRAND JEU, JESSICA CHASTAIN AU SOMMET DE SON ART
Commenter cet article