Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de LE BLUES DE MA RAINEY

Publié le 30 Décembre 2020 par Romain Jankowski in critiques

Après FENCES qu'il a réalisé, Denzel Washington poursuit son "cycle August Wilson" en produisant LE BLUES DE MA RAINEY mis en scène par George C.Wolfe (LE SECOND SOUFFLE). Cette fois, l'histoire se concentre sur Ma Reiney, l'une des premières reines du blues, et l'enregistrement de son album en 1927 à Chicago. Un studio qui deviendra rapidement un lieu de règlement de compte autant qu'un état de lieu de la situation des Noirs en Amérique. 

Respectant sa forme théâtrale (hormis quelques scènes extérieures introductives), LE BLUES DE MA RAINEY est un film bavard dans la même veine que FENCES. Il s'érige rapidement en une démonstration technique de comédiens qui habitent littéralement leurs personnages. Chaque regard, chaque geste, tout a un poids, tout a une signification. Dans cette épure totale de mise en scène se cache un drame humain poignant qui se dessine dès les premières séquences. Comme un présage, l'arrivée de l'ambitieux trompettiste Levee (Chadwick Boseman) dans le groupe expose les failles d'une bande définie par sa condition et ses origines. Dans son dernier rôle, le regretté Chadwick Boseman est exceptionnel. Redoutable d'intensité, fiévreux dans ses longs monologues, charismatique comme il faut, il trouve là un de ses meilleurs rôles. Sa tirade qui étale une douloureuse histoire sur sa famille est un grand moment. Indiscutablement, il est le pilier de l'ensemble et cristallise toute la tension qui se comprime dans le studio. 

Face à lui, il fallait une grande actrice pour incarner l'excentrique Ma Reiney. Viola Davis, grossie et suintante, est impressionnante. De son regard terrassant à sa voix tonitruante, elle contrôle son petit monde autour d'elle qui finit par perdre patience (ces drôles de passages où elle fait courir son manager et le producteur sont savoureux). Agaçante, parfois lumineuse (elle s'obstine à aider son neveu bègue), elle se dévoile dans un court dialogue où les masques tombent avant de reprendre le rôle qu'elle s'est elle-même donné... LE BLUES DE MA RAINEY est un film d'acteurs, mais c'est aussi un moment intense où les mots supplantent les images, où les souvenirs ont contaminé toutes les existences et où la musique reste l'unique refuge pour combattre une société impitoyable.   

 

AVIS GLOBAL : Viola Davis et le regretté Chadwick Boseman livrent une prestation exceptionnelle dans cette adaptation réussie du grand August Wilson où la mise en scène décuple chaque action avec une minutie implacable.

NOTE : 15 / 20

 

LE BLUES DE MA RAINEY 1h34

Un film réalisé par George C.Wolfe

Avec Viola Davis, Chadwick Boseman, Colman Domingo, Glynn Turman.

Actuellement sur Netflix. 

 

 

critique de LE BLUES DE MA RAINEY
Commenter cet article