Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de BRONX

Publié le 3 Novembre 2020 par Romain Jankowski in critiques

La recette Olivier Marchal est connue et éculée : une imagerie grisâtre, des personnages rigides et déprimés, des complots, de la corruption, des flingues... Parfois ça fonctionne, parfois moins. On sent quand même un véritable essoufflement pour le réalisateur qui ne parvient plus à retrouver la pertinente noirceur de ses débuts.

Tout semble complètement à côté de la plaque dans BRONX, un film réalisé sans véritable cohérence. Chaque choix pose question tandis que le scénario est en totale roue libre, parfois complètement incompréhensible dans ses enjeux. La personnalité de chaque personnage est tout juste effleurée tandis que Marchal déroule son cahier des charges sans verve : une fusillade en bord de mer chaotique, des dialogues écrits à la truelle, des manigances de tous bords qui finissent par plonger le récit dans une noirceur ridicule. On se demande, par exemple, la pertinence du personnage incarné par un catastrophique Stanislas Merhar. On débute le film par le massacre qu'il organise, puis, lentement, il sombre sous nos yeux indifférents. La véritable raison de sa folie semble presque inconnue tandis que sa chute est d'un ridicule presque spectaculaire. 

D'ailleurs, le casting est l'une des grandes faiblesses du film. Peu aidés par des personnages inconsistants, il faut bien avouer que les acteurs, des premiers rôles aux figurants, ne parviennent que rarement à retenir l'attention. Yannick Gautry tente tout, mais l'écriture de son personnage est tellement hasardeuse qu'on l'efface rapidement de nos esprits plombés par une démonstration du crime complètement archaïque. Olivier Marchal est au bord de l'anachronisme, et ce n'est pas en rajoutant une tonne côté vulgarité que cela tend un miroir à notre époque. 

On reconnaîtra une mise en image solide, mais on reste franchement de marbre devant un film qui ne fait aucun effort. BRONX ou la fin d'une époque ?

 

AVIS GLOBAL : Mal écrit et mal interprété, BRONX perd toute sa crédibilité en très peu de temps, balançant des dialogues absurdes et vides de sens. Quelques scènes nerveuses sauvent la mise, mais la recette d'Olivier Marchal s'essouffle terriblement...

NOTE : 07 / 20

 

BRONX  1h56

Un film réalisé par Olivier Marchal

Avec Yannick Gautry, Stanislas Merher, Kaaris, Jean Reno.

Actuellement disponible sur Netflix.

 

critique de BRONX
Commenter cet article