Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de ANTOINETTE DANS LES CEVENNES

Publié le 4 Octobre 2020 par Romain Jankowski in critiques

Avec son titre racoleur et son pitch saignant (une femme amoureuse d'un homme marié compte bien le rejoindre à l'endroit où il passe les vacances avec son épouse), ANTOINETTE DANS LES CEVENNES ne nous inspirait pas la plus grande confiance. 

Et pourtant, c'est rapidement l'inverse qui se produit. Sans s'octroyer une originalité folle, le film de Caroline Vignal s'avère attachant et pourvu d'un récit finement travaillé. En dressant un parallèle avec le formidable roman de Stevenson, VOYAGE AVEC UN ANE DANS LES CEVENNES, la réalisatrice s'offre une dimension romanesque qui sied parfaitement aux superbes décors mis en scène. Antoinette est une femme en quête d'un homme (la toujours très juste Benjamin Laverhne) qui ne vit probablement pas leur histoire avec la même intensité. Dès l'introduction, cette femme amoureuse embarque sa classe (elle est maîtresse, jolie métaphore orthographique) dans un hymne à l'amour sous les yeux de l'amant. On perçoit son grain de folie et sa perception de la vie en une habile séquence.

De toute évidence, l'énergie dévastatrice de son interprète principale y est pour beaucoup dans le plaisir que l'on prend à visionner ANTOINETTE DANS LES CEVENNES. Révélée dans la série DIX POUR CENT, Laure Calamy détonne dans un rôle difficile qui marche constamment sur le fil de la caricature. Pourtant, elle parvient sans mal à nous la rendre attachante et le duo qu'elle forme avec l'âne nommé Patrick est assez savoureux. Construite dans l'esprit des buddy movie, la relation entre cette femme pressée de retrouver son amour et cet âne qui refuse souvent d'avancer se transforme en une histoire d'amitié pour le moins surprenante. Dans sa quête de liberté, Antoinette poursuit sa route, se casse la figure, subit le regard des autres, se perd dans la forêt, mais se relève toujours de ses échecs. Le dernier quart d'heure est peut-être plus maladroit, mais l'énergie positive que dégage l'ensemble du long-métrage n'en est pas altérée. 

 

AVIS GLOBAL : Un feel good movie qui s'appuie sur un sujet usé jusqu'à la corde pour nous finalement nous surprendre. Laure Calamy est la grande héroïne d'un récit romanesque attachant, sublimé par de beaux décors. 

NOTE : 14 / 20

 

ANTOINETTE DANS LES CEVENNES  1h37

Un film réalisé par Caroline Vignal.

Avec Laure Calamy, Benjamin Laverhne, Olivia Côte, Marc Fraize.

Actuellement au cinéma. 

critique de ANTOINETTE DANS LES CEVENNES
Commenter cet article