Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

LE TOP FILMOGRAPHIE : STEVEN SPIELBERG, PARTIE 3

Publié le 30 Septembre 2020 par Romain Jankowski in les tops

Faire le classement d'une filmographie, ça prend du temps. Surtout quand c'est une énorme rétrospective sur l'oeuvre de l'immense Steven Spielberg, réalisateur de 32 films (et bientôt 33 en 2021 avec WEST SIDE STORY). On a donc découpé le classement en 3 parties. En voici donc la dernière avec les dix premières places. 

 

10. DUEL (1973)

Son premier film qui était juste destiné à être un...téléfilm ! L'histoire est simple : un camion poursuit un automobiliste. Tout sera dans la mise en scène. Démonstration technique terrassante d'un film qui se transforme lentement en un thriller étouffant. Ce monstre d'acier que représente le camion annonce déjà les grands mythes du maître comme le requin des DENTS DE LA MER ou le T-rex de JURASSIC PARK. 

 

 

9. CHEVAL DE GUERRE (2012)

Injustement oublié lors de sa sortie en salles, ce film est vite à redécouvrir. Puissant, élégiaque, d'une beauté à couper le souffle (l'un des plans finaux où les personnages se découpent en ombre chinoise), sublimé par une partition en tout point exceptionnelle, CHEVAL DE GUERRE est le dernier grand film du maître où chaque scène respire le cinéma, le grand. C'est aussi, malgré tout, un film hors de notre temps qui revient à un certain classicisme cher aux cinéastes des 50s comme John Ford, modèle assumé de Steven Spielberg. 

 

 

 

8. LES AVENTURIERS DE L'ARCHE PERDUE (1981)

La création d'un mythe à une époque où Hollywood vivait son heure de gloire de l'entertainement. Harrison Ford au sommet de son charisme dans un rôle mythique. Un film quasi-parfait dans sa structure, représentant ce que le cinéma de divertissement inspire : de l'inventivité, des rebondissements constants, une imagerie iconique et impeccable, un héros fort. Indiana Jones est une légende du cinéma désormais, mais aucune de ses trois suites n'a vraiment réussi à être l'égal de l'original. Inclassable, imbattable.

 

 

7. LA LISTE DE SCHINDLER (1993)

La Shoah vue par Spielberg. Une oeuvre édifiante qui représente l'oeuvre totale sur le plus grand génocide de notre temps. Plus qu'un simple choc, LA LISTE DE SCHINDLER résonne comme le combat contre la barbarie et un hymne à l'humain terrassant. On en ressort les larmes aux yeux et des images plein la tête. Après ce morceau de bravoure émotionnel, Spielby ne sera plus tout-à-fait le même à l'instar de la critique presse à l'encontre d'un cinéaste trop longtemps incompris. 

 

 

 

6. L'EMPIRE DU SOLEIL (1987)

Là encore, difficile de trouver un défaut à ce film, poignant réquisitoire contre la guerre et ses conséquences, avec un jeune Christian Bale déjà au-dessus du lot. Un récit vu par un enfant qui résonne comme un apprentissage difficile de

la vie, le jeune garçon étant contraint de rester dans un camp de prisonnier. La scène dantesque d'une foule en délire où l'enfant perd sa mère, la guerre qui gronde (l'histoire se déroule à Shanghaï) et cette poésie visuelle présente à tout instant (notamment lors d'une merveilleuse séquence de chant) font de cet EMPIRE DU SOLEIL un condensé du cinéma spielbergien saisissant. Indispensable.

 

 

5. E.T, L'EXTRA-TERRESTRE (1982)

Faut-il encore rajouter quelque chose à l'un des plus grands films de tous les temps ? Immense inspiration pour des générations de réalisateurs, cette odyssée SF d'un extra-terrestre perdu sur Terre n'a pas pris une ride (encore moins dans sa superbe édition 4k qu'on ne saurait que trop vous conseiller) et reste encore aujourd'hui l'exemple même de ce que le cinéma de divertissement se doit d'offrir aux spectateurs. Et, au final, sa plus grande force ne se trouve-t-elle pas dans l'interprétation différente que l'on a du récit au fil des années qui passent ? 

 

 

 

4. LES DENTS DE LA MER (1975)

Tournage éprouvant, cauchemardesque. Ce film était fait pour détruire la carrière prometteuse de Steven Spielberg. Et puis, tout a tourné en sa faveur. Tout ce qui aurait pu être un obstacle fut une incontestable réussite, comme le requin qui fait de courtes et rares apparitions. A chaque vision, on essaie de trouver une erreur, une maladresse et à chaque fois on a la même réponse : il n'y en a pas. Prenant encore une autre ampleur avec la catastrophe sanitaire de 2020 (certains dirigeants ont ressemblé à s'y méprendre au maire de la ville), LES DENTS DE LA MER est bien un film inépuisable. 

 

 

3. LA GUERRE DES MONDES (2005)

Spielberg est une représentation, voire une définition, de ce qu'est le cinéma de divertissement. Les histoires finissent souvent bien mais toujours avec une amertume consumée. LA GUERRE DE MONDES n'est pas tout ça. Il est sombre, représentatif d'un état d'esprit d'une Amérique post 11-septembre abattue, et se déchaîne dans une imagerie dantesque (les attaques des tripodes sont à couper le souffle), parfois traumatisante (le décor ensanglanté d'une humanité exterminée fait froid dans le dos). Mené à un rythme d'enfer, le film empile les séquences impressionnantes et inventives avant de plonger dans un chaos psychologique résumant à lui seul les thématiques de l'anéantissement auquel on vient d'assister. Avant un épilogue un poil expéditif dont Spielberg lui-même n'est pas pleinement satisfait (il dira d'ailleurs qu'il n'a jamais réussi à correctement terminer son film). Quoiqu'il en soit, LA GUERRE DES MONDES reste l'un des meilleurs films de notre époque. Rien que ça.

 

 

2. JURASSIC PARK (1993)

Jamais égalé, d'une puissance monstrueuse, le plus grand hommage du cinéma à ces créatures disparues il y a des millions d'années, une révolution technologique qui changera à jamais le cinéma... JURASSIC PARK est une emblème, un culte qui ne se ternira jamais et qui se propage encore et toujours à travers les générations. Ses suites, plus faibles, rehaussent encore la meastria de cet opus originel. Regarder JURASSIC PARK, c'est ressentir, prendre un plaisir indéchiffrable lorsque le parc apparaît, s'émerveiller de l'attaque du T-Rex qui reste comme l'une des plus grandes séquences de toute la carrière de Spielberg, écouter avec attention les merveilleuses notes de John Williams... Un chef-d'oeuvre qui ne s'épuise pas.

 

 

 

1. IL FAUT SAUVER LE SOLDAT RYAN (1997)

Spielberg a fait ce film pour son père, pour rendre hommage aussi à tous ces

hommes qui se sont sacrifiés pour la liberté. La continuation de LA LISTE DE SCHINDLER mais sur un autre terrain, celui des armes. Un morceau de bravoure de trois heures, un Tom Hanks au sommet et la plus belle réalisation du maître. La séquence du débarquement est une leçon de cinéma, celle qui devrait être apprise dans toutes les écoles. Jamais un film de guerre n'avait à ce point bousculer son spectateur dès son ouverture. Un monstre tentaculaire, une leçon de vie, d'humanité, une histoire bouleversante, qui est la quintessence absolue de ce que le 7ème art peut offrir. Le sommet des sommets. 

 

 

Pour retrouver les deux autres parties du top, c'est ici : 

 

 

LE TOP FILMOGRAPHIE : STEVEN SPIELBERG, PARTIE 3
Commenter cet article