Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de INVISIBLE MAN

Publié le 3 Mars 2020 par Romain Jankowski in critiques

Au sein de sa séquence inaugurale se trouve déjà toute la pertinence de ce dépoussiérage du mythe de l'homme invisible : une femme tente de s'échapper du domicile sans faire un bruit. Une entrée en matière saisissante qui plante le décor de ce drama déguisé en thriller horrifique.

On avait tout à craindre de ce renouveau mené par le producteur Jason Blum, le révolutionnaire d'Hollywood qui a décidé de faire des films de genre bon marché pour récolter un maximum de dollars. Parmi ses innombrables productions, certaines sont réussies (GET OUT, HALLOWEEN, INSIDIOUS), mais beaucoup sont de véritables nanars (on n'a toujours pas compris le succès des PARANORMAL ACTIVITY, le récent NIGHTMARE ISLAND). En laissant l'excellent Leigh Whannell aux manettes, Blum a eu du flair. Le cinéaste emmène cette histoire d'homme invisible avec une belle maîtrise de tous les outils mis à sa disposition, mais parvient surtout à manier un scénario remarquablement écrit en l'emmenant vers des thématiques sombres et surprenantes. 

En suivant le parcours de Cecilia, une femme qui désire donc échapper à l'emprise de son conjoint, Whannell réussit son pari d'injecter assez de fond pour que le spectateur n'assiste pas à une coquille vide. C'est ainsi qu'on se retrouve devant un thriller qui parle de violences conjugales, de pervers narcissique et autres problématiques pouvant concerner ces femmes qui se battent contre la tyrannie des hommes qui les entourent. Loin d'un quelconque féminisme à la mode, le réalisateur exploite son sujet avec brio, porté par une intense Elisabeth Moss. L'horreur, relative, se nourrit donc des éléments narratifs pour percuter le spectateur, pris en étau par la situation inextinguible qui emprisonne et empoisonne peu à peu la protagoniste. 

Certes, le dernier acte est un poil plus convenu, mais là encore, Whannell surprend après un beau climax pluvieux. Des surprises, INVISIBLE MAN n'en manque pas (dont une, que l'on ne dévoilera pas, saillante), et on peut donc saluer un cinéaste qui se fond dans un système (celui de Blumhouse) pour mieux exploiter ses propres idées. Après son génial mais méconnu UPGRADE, il va pouvoir bientôt profiter d'une nouvelle renommée auprès du grand public avec le succès qui s'annonce pour INVISIBLE MAN. Et c'est mérité. 

 

AVIS GLOBAL : On n'attendait rien de ce INVISIBLE MAN alors la surprise n'en est que plus grande : Leigh Whannell emmène son film fantastique vers le drame social en n'oubliant jamais de divertir. Un bel exploit qui vaut le déplacement !

NOTE : 14 / 20

 

INVISIBLE MAN 2h05

Un film réalisé par Leigh Whannell

Avec Elisabeth Moss, Olivier Jackson-Cohen, Harriet Dyer, Aldis Hodge

critique de INVISIBLE MAN
Commenter cet article