Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de LA VOIE DE LA JUSTICE

Publié le 6 Février 2020 par Romain Jankowski in critiques

Après l'excellent STATES OF GRACE (qui a révélé l'actrice Brie Larson) et LE CHATEAU DE VERRE, Destin Daniel Cretton revient avec LA VOIE DE LA JUSTICE qui retrace la scandaleuse affaire de Walter McMillian (Jamie Foxx), un homme Noir accusé à tort de meurtre et emprisonné dans le couloir de la mort, attendant son exécution sans pouvoir se battre pour sa liberté. Arrive alors un jeune diplômé de droit, Bryan Stevenson (Michael B. Jordan), qui va reprendre cette affaire et se battre contre des machinations politiques abjectes et racistes. 

Sans en rajouter dans la mise en scène, Cretton retrace cette incroyable histoire (qui en mêle d'autres) par le biais d'une émotion diffuse qui se propage tout au long d'un film qui se suit le poing serré et la gorge nouée. On est rapidement touché par l'injustice qui frappe ces hommes culpabilisés sans raison, si ce n'est à cause de la couleur de leur peau. Difficile de relater chaque obstacle qui se dresse devant le jeune avocat dans un condensé de deux heures, mais le scénario est assez fourni pour qu'on devine l'intense combat de cet homme qui ne se bat pas seulement pour la liberté d'innocents, mais également pour une justice équitable. La manipulation politique et judiciaire domine, obligeant le protagoniste à se battre contre des hommes héritiers d'une idéologie qui n'a pas été réellement combattue en un siècle dans le Sud des Etats-Unis (celle de l'esclavagisme, de la supériorité de la race blanche).

En une poignée de séquences inouïes de puissance (dont une exécution suivie au plus prés du prisonnier, un tour de force de mise en scène et de dramaturgie), LA VOIE DE LA JUSTICE veut rappeler que la mise à mort ne peut se confondre avec une culpabilité dérisoire. Qui a le droit de vie sur autrui ? Une thématique bien exploitée qui s'imbrique dans d'autres pas toujours bien développées (là encore Cretton veut en montrer le plus possible, mais s'oblige dès lors à accélérer son film dans la dernière demi-heure en survolant de nombreux passages intéressants). Émotionnellement très fort, l'ensemble est surélevé avec la prestation des deux acteurs principaux : Michael B. Jordan confirme qu'il est bien l'un des acteurs les plus intenses de sa génération (il faut voir son regard lors d'une étonnante mise à nu, toute cette rage contenue qui se manifeste par un sentiment d'humiliation évident) et Jamie Foxx affirme son statut de comédien polymorphe et probablement sous-côté (alors que sa carrière parle pour lui). Cretton prouve une nouvelle fois la qualité de son cinéma et s'attelle désormais à un autre challenge : s'ouvrir au très grand public avec la présentation d'un nouveau héros MARVEL, SHANG-CHI qui sortira en février 2021. 

 

AVIS GLOBAL : Poignant, LA VOIE DE LA JUSTICE prend des raccourcis, mais impressionne par la force de son discours, une poignée de séquences marquantes et deux acteurs époustouflants d'intensité. 

NOTE : 15 / 20

 

LA VOIE DE LA JUSTICE  2h17

Un film réalisé par Destin Daniel Cretton

Avec Michael B. Jordan, Jamie Foxx, Brie Larson, Rob Morgan.

critique de LA VOIE DE LA JUSTICE
Commenter cet article