Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de L'ART DU MENSONGE

Publié le 5 Janvier 2020 par Romain Jankowski in critiques

Parfois la force d'un film tient dans une poignée de minutes qui parviennent à changer littéralement la façon de comprendre et envisager chaque séquence précédemment vue. L'ART DU MENSONGE est de ceux-là, un film qui se voit par le prisme d'une révélation finale terrassante qui modifie le simple postulat de l'arnaqueur arnaqué.

Dans ce pitch lu un certain nombre de fois (un escroc tente de dépouiller une apparente victime facile), le film de Bill Condon (LA BELLE ET LA BETE, THE GREATEST SHOWMAN) suit une ligne directrice avec ses deux personnages principaux interprétés avec grand talent par Ian McKellen et Helen Mirren. Le premier soutire de l'argent à des investisseurs en leur tendant des pièges savamment préparés. Lorsqu'il rencontre Betty, une veuve fortunée, il s'apprête à la voler sans sommation en s'immisçant dans sa vie. 

Condon agence son long-métrage avec une belle précision, profitant du talent de ses deux comédiens pour aboutir à un jeu du chat et de la souris au sous-propos politique déstabilisant. S'ancrant dans un contexte historique, l'intrigue va puiser dans la mémoire pour aboutir à une forme de relecture du présent. Qu'est-ce qui a amené Roy à ce destin ? Pourquoi s'en prend-il aux autres ? De papi malin, il se transforme sous nos yeux en dangereux prédateur façonné par son histoire. 

C'est là, dans la révélation finale, que tout prend sens. Loin du retournement classique, il bouleverse la psychologie des personnages et notre regard par rapport au reste du film. Sans avoir l'air d'y toucher, L'ART DU MENSONGE raconte notre monde et joue de cette question qui nous touche tous : Faut-il oublier nos douleurs du passé pour continuer à avancer ou faut-il les affronter ?

 

AVIS GLOBAL : Ne vous fiez pas à son emballage un peu vieillot, L'ART DU MENSONGE joue de ses clichés pour amener l'intrigue vers une profondeur inattendue. Au-dessus de tout ça, Ian McKellen et Helen Mirren illuminent l'écran de leur talent.

NOTE : 14 / 20

 

L'ART DU MENSONGE  1h50

Un film réalisé par Bill Condon

Avec Ian McKellen, Helen Mirren, Russell Tovey, Jim Carter. 

critique de L'ART DU MENSONGE
Commenter cet article