Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

BILAN 2019 - LE TOP 15 DU REDACTEUR : N°9 LA MULE

Publié le 7 Janvier 2020 par Romain Jankowski in les tops

Dans ce classement des meilleurs films de 2019, j'ai essayé de faire quelque chose d'un peu original : au lieu de mettre une liste classique, je vais mettre en avant 3 raisons pour lesquelles j'ai aimé tel film. Un aspect ludique pour également vous permettre de commenter chaque long-métrage et savoir si vous aussi vous l'auriez mis dans vos films préférés ou pas ! 

 

LES 3 RAISONS D'AIMER LA MULE

 

1 - CLINT EASTWOOD

Une légende. On connaît le classicisme hérité des plus grands côté réalisateur. On connaît aussi sa faculté à jouer ces personnages désagréables qui révèle au fur et à mesure du récit une vraie profondeur. Oui, on connaît tout ça. Mais ça

reste du grand art.
 

2 - C'EST EMOUVANT

Le dernier quart d'heure du film est poignant car il commente non seulement l'apogée d'un homme face à ses ratés, mais également la vie de son propre auteur qui se met face à sa dernière route : la fin du voyage. Celui émotionnel et physique. LA MULE est un véritable testament.

 

3 - UNE VRAIE FORCE DE STORYTELLER

Chaque séquence regorge d'un bon mot, d'une situation drôle ou dangereuse, montée avec un sens aigu du divertissement. Parce que oui, LA MULE est un film grave, mais aussi très ludique grâce à un personnage principal aux punchlines bien senties. On en revient encore au même, Eastwood encore et toujours. 

 

LA MULE  1h56

Un film réalisé par Clint Eastwood 

SynopsisÀ plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d'être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s'est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain.
Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un "supérieur" chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s'intéresser à lui : l'agent de la DEA Colin Bates est plus qu'intrigué par cette nouvelle "mule".

Commenter cet article