Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de RAMBO, LAST BLOOD

Publié le 28 Septembre 2019 par Romain Jankowski in critiques

Onze ans après un JOHN RAMBO d'une violence inouïe concluant à merveille l'histoire d'un des personnages les plus fascinants du cinéma américain, Sylvester Stallone a décidé de reprendre encore et pour une dernière fois (vraiment ?) l'un de ses rôles les plus importants pour lui organiser une dernière traversée dans les tréfonds de sa conscience. Une bonne idée ?

C'est vrai, l'acteur est toujours aussi impérial dans la peau de ce vétéran blessé par la vie et revoyant chaque jour les images atroces de l'événement qui l'a marqué : la guerre du Vietnam. En visionnant les vingt premières minutes, on se prend à rêver d'un RAMBO proche du western crépusculaire IMPITOYABLE (l'une des inspirations de Stallone d'ailleurs) ou du sombre LOGAN. On y croit, mais on sait très bien (et ce dès la lecture du pitch) que cette ambiance ne va pas durer. Dès que John part en guerre contre le cartel, on ne comprend plus très bien où le film veut en venir. 

Certes, la férocité des actes pousse à se ranger du côté du cowboy massacreur, mais quel intérêt pour le personnage en lui-même ? Qu'est-ce que Stallone a recherché dans cette ultime odyssée ? Que la violence reste en lui malgré son retour en Amérique ? C'était d'ailleurs cette ultime image d'un guerrier qui revient au bercail qui marquait durablement les esprits après JOHN RAMBO. LAST BLOOD, en plus d'être approximativement réalisé, est très loin de son prédécesseur dans à peu près tous les niveaux. Même la tuerie finale, sommet de violence gratuite, déçoit par sa futilité là où le précédent volet laissait la rage du personnage éclater dans une brutalité sidérante. 

Lorsque la fin survient, le spectateur revoit étrangement toute une histoire du cinéma américain avec un personnage qui aura symbolisé une multitude d'émotions contradictoires. Il n'a jamais été question d'idéaliser ce vétéran qui n'est jamais réellement rentré du Vietnam, mais plutôt d'observer sa déshumanisation progressive : LAST BLOOD s'ouvre par un sauvetage, mais se termine dans la mort. Une inéluctabilité touchante qui fait de cet ultime volet un chant du cygne imparfait, mais doté d'une sincérité évidente. 

 

AVIS GLOBAL : Un énième retour bancal qui doit beaucoup à la carcasse fatiguée de Sylvester Stallone et à une émotion diffuse qui fait de ce LAST BLOOD une coquille pas totalement vide.

NOTE : 11 / 20

 

RAMBO, LAST BLOOD  1h40

Un film réalisé par Adrian Grunberg

Avec Sylvester Stallone, Paz Vega, Sergio Paris-Mencheta, Yvette Monreal.

critique de RAMBO, LAST BLOOD
Commenter cet article