Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de FAST AND FURIOUS, HOBBS AND SHAW

Publié le 8 Août 2019 par Romain Jankowski in critiques

Premier spin-off d'une saga qui est passée par tous les états, HOBBS AND SHAW défie une nouvelle fois les lois de la gravité pour offrir un spectacle entièrement dédié à son duo d'acteurs qui ne lésine pas sur les punchlines pour emporter l'adhésion. Est-ce suffisant pour autant ?

De notre point de vue, FAST AND FURIOUS est bien meilleure dans sa deuxième partie, soit à partir du cinquième film. Quittant le monde du tuning pour se la jouer blockbuster aux scènes d'action XXL, la saga motorisée a totalement assumé son côté décérébré pour mettre en scène des personnages attachants au service de cascades toutes aussi bluffantes les unes que les autres. En somme, un gros plaisir coupable qui se retrouve en partie dans ce premier spin-off. Dwayne Johnson et Jason Statham assurent le show, donnant tout physiquement lors des corps-à-corps musclés et ne manquant jamais l'occasion de se balancer quelques vannes entre deux castagnes. Les deux gros bras jouent ce qu'ils savent jouer, sans véritable nuance, mais avec un plaisir évident. L'alchimie entre eux fonctionne à merveille et se révèle être le gros point fort du film. 

Certes, ce spin-off est plutôt agréable, malgré quelques longueurs nous obligeant à subir de la philosophie de comptoir. Mais on ne prend pas autant de plaisir que prévu. La faute à un scénario qui a repoussé les limites en jouant carrément la carte d'un être bionique ! Certains pourront rétorquer que la saga a déjà quitté la vraisemblance depuis longtemps, mais la sensation est différente ici. Alors que les derniers épisodes nous scotchaient avec des séquences d'action impressionnantes (et faites sans apport abusif de CGI), HOBBS AND SHAW ne possède clairement pas ce pouvoir de fascination. Les cascades deviennent totalement improbables (le coup de la moto, le véhicule de Shaw lors de la séquence de l'usine qui part dans tous les sens, le ridicule du passage dans la falaise avec les voitures et l'hélicoptère) et nous montrent, encore une fois, que les effets spéciaux ne remplaceront jamais la sensation de réalité de l'action réalisée en "vrai" (des films comme JOHN WICK 3, MAD MAX FURY ROAD et les MISSION IMPOSSIBLE nous l'ont déjà bien prouvé). De plus, si David Leitch (DEADPOOL 2, JOHN WICK) gère très bien les mano a mano, il n'a pas la même vision pour les scènes de poursuite qui restent fades et sans véritable morceau de bravoure. En la matière, même F. Gary Gray (FAST AND FURIOUS 8) n'avait pas réussi à atteindre la maestria de Justin Lin et surtout James Wan qui avait offert avec le septième volet les séquences les plus folles de la saga. Leitch choisit un découpage rapide tout en collant sa caméra à l'action quand il aurait fallu prendre de la hauteur. 

Au final, hormis le nom, difficile de retrouver l'esprit de FAST AND FURIOUS. C'est certainement ce que regretteront les fans. Il faut aussi reconnaître que la lassitude n'est pas loin et que boucler cette saga serait probablement une bonne idée. Vin Diesel et son équipe pourront-ils faire mieux avec le neuvième volet qui sortira l'an prochain ?

 

AVIS GLOBAL : Un blockbuster assez efficace qui doit beaucoup à son duo d'acteurs totalement survolté. Malgré des longueurs et des scènes d'action pas aussi réussies que dans les précédents films, HOBBS AND SHAW reste le divertissement idéal de l'été. 

NOTE : 12 / 20

 

FAST AND FURIOUS, HOBBS AND SHAW  2h16

Un film réalisé par David Leitch

Avec Dwayne Johnson, Jason Statham, Idris Elba, Vanessa Kirby.

critique de FAST AND FURIOUS, HOBBS AND SHAW
Commenter cet article