Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique série : GAME OF THRONES SAISON 8 - EPISODE 5

Publié le 13 Mai 2019 par Romain Jankowski in séries télé

Dans une semaine, nous dirons officiellement au revoir à l'une des séries le plus marquantes de son temps. Un point de vue tout à fait objectif, même pour un détracteur. Comment conclure une telle histoire aussi tentaculaire, remplie de sous-intrigues labyrinthiques développées au fil des sept saisons précédentes ? Comment parvenir à terminer un récit qui n'a, à proprement parler, aucune conclusion satisfaisante à proposer ?

Cette dernière question est adressée à tous les fans. Chacun a fait sa théorie, chacun avait son opinion sur tel ou tel personnage, chacun avait son plan d'action, chacun avait ses fantasmes dramaturgiques et visuels. Au final, peu de monde peut donc être satisfait. Moi-même, j'ai un peu de mal à écrire avec la tête et non avec le coeur ! Evidemment, certains aspects sont décevants, mais il faut dissocier les envies personnelles de la critique plus ou moins objective. Cet avis contient des SPOILERS !

Alors nous en sommes là. Tous les chemins ont mené à Port-Real et on démarre cet épisode par une trahison assez problématique puisque Lord Varys veut tuer Daenerys et en parle à... Jon ! C'est probablement la situation la plus paresseuse que les scénaristes pouvaient trouver. Comment un homme si intelligent, qui a su tirer parti de nombreuses situations, se dévoile comme ça, en plein jour avec des témoins, à un homme aussi droit que Jon ? Sa mort, ridicule, rajoute à l'expédition maladroite du récit. Tout doit aller vite. Tout doit aller trop vite.

On le voit maintenant, six épisodes ne peuvent pas réussir à boucler correctement les destins de chaque personnage. La pauvre Cersei, inutile tout au long de cette saison 8, est la preuve du manque d'équilibre du récit. Ne parlons même pas d'Euron qui aura été un personnage prometteur avant de tomber dans la caricature. Une alliance à laquelle nous n'avons jamais vraiment cru et qui s'achève avec une telle facilité qu'elle nous semble, désormais, réellement futile. L'ignoble soeur Lannister trouve donc la mort avec son frère, engloutis sous les décombres de Port-Réal. Une métaphore lourde de sens qui enferme à jamais cet amour interdit dans les flammes de la capitale. Beaucoup trouveront à redire sur cette mort expéditive de l'une des plus diaboliques protagonistes de la série, mais elle semble malgré tout réfléchie. Comme la destinée de Daenerys. 

La reine des dragons ne devient pas soudainement folle. Non, elle a toujours eu cette colère en elle et cette soif de pouvoir. Au fil des saisons, plusieurs situations ont prouvé qu'elle n'était peut-être pas si juste ou clémente. Mais elle avait Jorah Mormont pour la conseiller puis Tyrion par la suite. Le premier l'a toujours mené vers le bon chemin tandis que le second a cru au bien qu'elle gardait en elle. Mais GAME OF THRONES est définitivement une série fataliste sur la destinée humaine. Le pouvoir annihile tout et la descendance prend alors sens. Celle qui s'est convaincue de sa puissance se retrouve désormais à brûler les Hommes comme son père jadis. Un terrible présage là aussi distillé tout au long des saisons précédentes. 

Visuellement, l'épisode est exceptionnel, un cran au-dessus de la Bataille de Winterfell. Avec des compositions de plan dignes de tableaux en mouvement, la destruction de la capitale est un morceau de bravoure aussi déchirant que spectaculaire. Les plans au sol montrant la population bruler ont un impact saisissant. L'un des plus grands passages ? Le combat entre Clegan et son frère qui s'achève dans les flammes avec, en parallèle, une Arya qui se relève pour continuer à vivre. En revanche, on pourra critiquer la stratégie assez délirante des armées et le manque de réaction de la plupart des soldats. On jettera un voile pudique sur l'inutile Compagnie Dorée. 

L'épisode final, la semaine prochaine, ne mettra personne d'accord. On regrettera le manque de subtilité qui aura fait les grandes heures du show. Mais désormais tout a basculé et il temps de conclure un récit épique qui nous aura tenu de longues années en haleine.

 

BAROMETRE EPISODE : 

 

Commenter cet article