Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de SIMETIERRE

Publié le 12 Avril 2019 par Romain Jankowski in critiques

Dans la carrière fournie de Stephen King, de nombreux livres nous ont subjugués. Mais une poignée nous a soulevés littéralement le coeur, un cercle fermé dont SIMETIERRE fait partie. Terrifiant, émouvant, multipliant les thématiques, c'est bien l'un des plus grands romans du King. L'adaptation de Mary Lambert en 1989 n'avait pas réussi à tirer toute l'essence du formidable bouquin, mais s'en sortait avec les honneurs. Qu'en est-il de celle de 2019 avec Kevin Kolsch et Dennis Widmyer aux commandes ? 

On reprend depuis le début : la famille Creed s'installe sur une demeure du Maine dont le terrain s'étend jusque ce fameux "simetierre", lieu de mort où les gens enterrent leurs animaux. Mais au-delà se trouve un lieu maléfique qui fait ravive les âmes disparues. C'est dans ce contexte qu'évolue Louis Creed et sa famille. Les notions de destinée et l'impact de la mort qui s'approche peu à peu sont bien distillés tout au long du récit, reprenant ainsi les codes du livre. Il est dit que le mal frappera quoique Louis fasse, entérinant de ce fait cet aspect d'inéluctabilité. La réalisation se veut plus timide et ne parvient pas à rendre justice au script qui dévoile peu à peu ses ténèbres. 

Le problème majeur de cette adaptation est de vouloir terrifier le jeune public avec ces fameux jump-scares épuisants. Quel intérêt de jouer sur ce ressort avec le traumatisme de Rachel ? Pourquoi multiplier ces plans dans le noir soudain interrompus par une apparition furtive ? Là où l'adaptation de ÇA prenait son temps pour bien exposer les enjeux, SIMETIERRE préfère la course à l'efficacité, mais y perd beaucoup dans son impact émotionnel.

Pourtant, un certain savoir-faire ressort, notamment dans l'utilisation des visions cauchemardesques qui hantent constamment le récit. Le cimetière est un lieu particulièrement réussi qui ramène le film à une horreur plus pure, moins saccadée. On n'a aucun mal à imaginer une version allongée, moins précipitée, qui prend son temps d'exposer l'ensemble de ses enjeux. Les réalisateurs parviennent néanmoins à rendre toute sa dimension démoniaque au fameux Church, adorable chat qui se transforme en exterminateur d'une famille attachante à l'écran (Jason Clarke est bon, comme souvent, et la petite Jété Laurence impressionne).

Une adaptation plutôt agréable et pas si dévissée que cela du roman jusqu'au...dernier quart d'heure, sommet de bêtise ! Ce dénouement plante toutes les volontés du récit et annule l'une des thématiques les plus fortes de l'histoire (l'impossibilité du deuil) pour tenter une ouverture absurde vers un éventuel deuxième film. Certes, la fin du roman laissait cette porte ouverte, mais elle jouait sur l'imagination du lecteur. Voilà peut-être le principal problème du SIMETIERRE version 2019 : son manque de mystère.

 

AVIS GLOBAL : Malgré une fin ratée, SIMETIERRE reste un film efficace qui pourrait encourager de nombreux spectateurs à lire le roman originel. 

NOTE : 13 / 20

 

SIMETIERRE  1h41

Un film réalisé par Kevin Kölsch et Dennis Widmyer

Avec Jason Clarke, Amy Seimetz, Jété Laurence, John Lithgow.

critique de SIMETIERRE
Commenter cet article