Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de CAPTIVE STATE

Publié le 10 Avril 2019 par Romain Jankowski in critiques

Il est difficile de renouveler l'invasion d'extra-terrestres au cinéma. Analyser sous toutes les coutures, elle pourrait même être un genre à part entière du cinéma. CAPTIVE STATE commence quand la Terre est déjà divisée : il y a ceux qui travaillent pour les aliens avides de nos ressources terrestres, et ceux qui forment la résistance face à l'oppresseur. 

Rupert Wyatt avait brillamment relancé LA PLANETE DES SINGES en 2011 avec un reboot qui semblait, sur le papier, improbable. Le voilà ici avec un univers ambitieux qui compte jouer sur tous les fronts (politique, action, SF, commentaire social) et même servir à une future saga. Trop ambitieux ? Avec 25 millions de budget, le cinéaste est obligé de couper, de remanier le script, de le recentrer. Et, au final, ne plus raconter ce qu'il désirait raconter. Il y a trop de personnages dans CAPTIVE STATE, trop d'intrigues non terminées, trop de confusion dans l'exposition des enjeux. On a cette impression de n'avoir assisté qu'à une longue exposition assez vaine qui ne prend même pas la peine de clôturer son intrigue. 

Il y a certes de belles images et une atmosphère particulièrement sombre, mais ce sont deux atouts qui ne pèsent pas lourd face à l'ennui que nous procure l'ensemble du film basé sur un plan dont les tenants et les aboutissants semblent bien brouillons. Pour ce qui est des aliens, qui apparaissent peu, on regrette un design particulièrement mal fichu qui amoindrit considérablement leur effet. Une déception que la révélation finale, prévisible à souhait, ne parvient même pas à sauver...

 

AVIS GLOBAL : L'univers mis en place était prometteur sur le papier, mais son exécution n'est pas à la hauteur. Prévisible et confus, CAPTIVE STATE est un échec. 

NOTE : 07 / 20

 

CAPTIVE STATE  1h49

Un film réalisé par Rupert Wyatt

Avec John Goodman, Ashton Sanders, Jonathan Majors, Vera Farmiga.

critique de CAPTIVE STATE
Commenter cet article