Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de ALL INCLUSIVE

Publié le 15 Février 2019 par Romain Jankowski in critiques

Après la trilogie CAMPING, Fabien Onteniente et Franck Dubosc ont cherché un clone de Patrick Chirac avec la même ambiance, les mêmes vannes un peu moisies et la même bonne humeur faussement contagieuse. Ainsi est né ALL INCLUSIVE ou comment reprendre la recette avec des ingrédients similaires qui se mélangent plutôt mal jusque l'inévitable indigestion.

Si on commence par une métaphore culinaire, c'est pour combler le vide d'un film bête jusque l'écoeurement. Ah oui, c'est clair, le duo s'est fait plaisir : jeux de mots tout pourris (et encore, c'est gentil), situations malsaines (la pauvre Josiane Balasko, le chèque a dû être conséquent...), humour aux innombrables clichés (on va se souvenir longtemps du gang guadeloupéen)... Oui, tout y passe. Même Dubosc ne s'embarrasse pas d'offrir une autre interprétation que celle qui qu'il réalisait dans CAMPING. Son Jean-Paul Cisse (prononcez six, sinon ce n'est pas drôle) c'est Patrick Chirac en plus lourd (oui, c'est possible). 

L'écriture dilettante n'a d'égale que la médiocrité du jeu des comédiens tous en roue libre (Mister V, Demaison, Lhermitte) qui ne sont franchement pas gâtespar la caractérisation de leurs personnages. Fabien Onteniente est toujours ce cinéaste peu finaud qui recrache des gags de beaufs qui ne font rire personne. Il tente des jolis plans sans utilité, mais son film ressemble à un épisode de CAMPING PARADIS sous anesthésie. On tient déjà (peut-être) le navet de 2019.

 

AVIS GLOBAL : Difficile de trouver une seule qualité au film à part la jolie plage en arrière-plan... ALL INCLUSIVE n'a aucun intérêt hormis rentabiliser un budget conséquent qui n'aura servi qu'à payer des acteurs peu concernés. 

NOTE : 02 / 20

 

ALL INCLUSIVE   1h32

Un film réalisé par Fabien Onteniente

Franck Dubosc, François-Xavier Demaison, Josiane Balasko, Mister V.  

critique de ALL INCLUSIVE
Commenter cet article