Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

ROSA SALAZAR, PRÊTE AU DÉCOLLAGE ?

Publié le 23 Janvier 2019 par Romain Jankowski in dossiers

Avec son air juvénile et sa force tranquille, Rosa Salazar n'a pas encore prouvé au monde ce qu'elle valait réellement. Au cinéma, on l'a certes vu dans les deuxième et troisième volets de la trilogie du LABYRINTHE (convaincante dans la peau de Brenda), aperçue dans DIVERGENTE 2 puis plus récemment dans BIRD BOX sur Netflix, mais toujours dans des seconds rôles. En 2019, la jeune actrice va passer un palier : jouer sous la houlette de Robert Rodriguez dans ALITA, BATTLE ANGEL, adaptation du manga culte GUNNM. Le tout supervisé par le roi James Cameron.

Véritable événement de par sa genèse (Cameron l'a eu longtemps en tête avant de céder sa place à Rodriguez pour s'occuper des suites d'AVATAR) et du projet en lui-même, très ambitieux (qui nécessite la création d'un tout nouvel univers), ALITA, BATTLE ANGEL doit également servir de tremplin au futur de Rosa Salazar. Avec ses yeux globuleux et incroyablement expressifs, l'actrice a utilisé la motion capture pour interpréter une Alita photo-réaliste. Ce qui n'enlève en rien la qualité de son interprétation qui doit également répondre aux exigences physiques du personnage puisque l'actrice a dû s'entraîner aux arts martiaux durant de longs mois et ce à raison de 2 heures 5 jour sur 7 ! 

A trente-trois ans, la consécration n'est pas loin pour Rosa Salazar, mais elle dépendra du résultat au box-office du film. Dans cette configuration purement économique, ALITA BATTLE ANGEL joue gros : avec son budget estimé à 200 millions de dollars, il devra être un gros succès pour entrer dans ses frais et offrir à son actrice la médiatisation qu'elle mérite.  

ROSA SALAZAR, PRÊTE AU DÉCOLLAGE ?
Commenter cet article