Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

LES BREVES DE GRANDS FILMS : CLEOPATRE

Publié le 16 Octobre 2020 par Romain Jankowski in Histoire du cinéma

Cette rubrique s'intéresse, chaque semaine, à un grand film (et pas toujours les plus connus) en résumant en quelques lignes sa petite histoire. En somme, une brève, un texte court et une information concise !

 

Le pitchLe portrait de la Reine du Nil, dont la beauté dévastatrice a fait trembler deux des plus grands seigneurs de l’Empire romain, Jules César et Marc-Antoine. Une relation sulfureuse, faite de pouvoir et de trahison, qui changea le cours de l’histoire à jamais.

 

Autour du film : CLEOPATRE est certainement l'un des films les plus fous de l'Histoire du cinéma. Par conséquence, les soucis se sont enchaînés : budget qui explose (de 2 à 35 millions soit l'équivalent, aujourd'hui, d'une enveloppe de 340 millions de dollars !), le réalisateur remplacé car il ne supporte pas la pression (Rouben Mamoulian qui laissera sa place à Joseph L.Mankiewicz), les problèmes de santé d'Elizabeth Taylor et ses sentiments contrariés (un mariage qui se plante et un début de relation avec son collègue Richard Taylor), longueur qui rend fou les producteurs (qui exigeront des coupes), critiques atroces... Le verre est plein.

 

La réplique : "Vous êtes une fille d'un joueur de flûte ivrogne que la corruption a mis sur le trône d'Egypte"

 

Le film : Quatre heures de bobines. CLEOPATRE c'est ça : la démesure, la longueur, la passion, l'esbroufe... C'est un film porté par ses acteurs (magnifique Elizabeth Taylor) qui conserve toute sa splendeur même 55 ans après sa sortie. 

 

EQUIPE TECHNIQUE

Acteurs :  Elizabeth Taylor - Richard Burton - Rex Harrison - Roddy McDowall - Pamela Brown

Décors : John De Cuir

Photographie : Leon Shamroy

​​​​​​​Montage : Dorothy Spencer

Scénario : Joseph L.Mankiewicz, Ranald MacDougall, Sydney Buchman

Réalisation : Joseph L.Mankiewicz

 

CLEOPATRE (1963) - 4h11 

Commenter cet article