Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

LA MULE, CLINT EASTWOOD SE MET DE NOUVEAU EN SCENE

Publié le 22 Décembre 2018 par Romain Jankowski in analyses

LA MULE, CLINT EASTWOOD SE MET DE NOUVEAU EN SCENE

Neuf ans après son sublime GRAN TORINO, Clint Eastwood a décidé de se remettre devant et derrière la caméra pour le projet LA MULE. Très attendu, ce nouveau film vient après un opus qui a déçu de nombreux spectateurs, LE 15h17 POUR PARIS, l'histoire héroïque du détournement de l'attentat à bord du Thalys. 

Un revers dû au traitement de l'histoire (un montage coincé entre une vérité quasi-documentaire et une volonté d'apposer un sens mystique à cette histoire) et qui surprend forcément puisqu'il faut bien avouer que la filmographie du grand Clint en tant que réalisateur est assez exceptionnelle depuis quinze ans avec quatorze films au compteur (!) : L'exceptionnel MYSTIC RIVER en 2003, le bouleversant MILLION DOLLAR BABY en 2005, le dyptique MEMOIRES DE NOS PERES - LETTRES D'IWO JIMA, L'ECHANGE (avec Angelina Jolie dans son meilleur rôle), GRAN TORINO, INVICTUS (une histoire remplie d'humanité), AU-DELA (qui a lui aussi essuyé quelques critiques), J.EDGAR (et un DiCaprio au sommet), JERSEY BOYS (passé inaperçu et pourtant totalement essentiel), AMERICAN SNIPER (ou les ravages de la guerre sur l'Homme), SULLY (et le ridicule d'une administration parfois aberrante) et donc, enfin, LE 15h17 POUR PARIS. Et encore, nous n'avons parlé que des quinze dernières années...

Pour LA MULE, Eastwood incarne Earl Stone, un homme de plus de 80 ans qui est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d'être saisie. Il accepte alors un boulot qui, en apparence, ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s'est engagé à être passer de drogue pour un cartel mexicain. Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes ce qui pousse les chefs du cartel à lui imposer un homme en charge de le surveiller. Pendant ce temps, Colin Bates (incarné par Bradley Cooper), un agent de la DEA, s'intéresse également à Stone. 

Voilà pour le pitch, classique en apparence, mais qui résonnera différemment chez le réalisateur-acteur. Sur un scénario de Nick Schenk (qui avait déjà écrit GRAN TORINO), Eastwood s'intéresse de nouveau à l'américain moyen plongé dans une situation qui le dépasse. Il impose toujours beaucoup d'humanité dans son propos même si les sujets auxquels il s'intéresse sont très variés. Le fil conducteur de sa filmographie n'est pas toujours bien identifiable, mais il y a souvent la volonté de démystifier le héros américain alors que certains voient en ses films une propagande nationaliste. Pourtant, même s'il représente cette figure d'éternel héros américain (à travers sa carrière d'acteur), Clint Eastwood n'a jamais hésité à provoquer les débats et bousculer les codes. Certains pourront le taxer d'idéaliste défiant le réel (notamment sur GRAN TORINO), mais ses intentions, si elles sont avant tout impulsées par sa dimension humaine, restent beaucoup plus complexes. Il n'incarne pas souvent des personnages aimables et ceux qu'il met en scène ne le sont pas forcément non plus. La mort devient de plus en plus probante dans son cinéma au fil des années (et devient carrément le sujet d'un film, AU-DELA) tandis qu'il consomme son envie de cinéma avec un appétit dévorant malgré ses 88 ans. Sa filmographie restera l'une des plus riches de l'Histoire et LA MULE pourrait bien devenir le dernier étendard de sa carrière. Pas qu'il veuille arrêter (il prépare déjà IMPOSSIBLE ODDS, une histoire inspirée de faits réels sur l'enlèvement d'une travailleuse humanitaire en Somalie), mais il pourrait bien ne plus apparaître à l'écran. Il a désormais envie de voir s'épanouir la nouvelle génération (dont Bradley Cooper qu'il retrouve après AMERICAN SNIPER) et de continuer à raconter les histoires qui le touchent. La légende reste vivante.

LA MULE sort le 23 janvier 2019 en France.

(Re)découvrez la bande-annonce ici : 

 

 

 

 

 

Commenter cet article