Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

LA DOUBLE CRITIQUE : FRÈRES ENNEMIS / SHÉHÉRAZADE

Publié le 10 Octobre 2018 par Romain Jankowski in critiques

FRÈRES ENNEMIS

On se le disait déjà avant et on le confirme après la séance : pourquoi diable ce Reda Kateb n'est pas plus souvent présent sur les écrans ? Il fait partie de ces acteurs métamorphes capables de tout jouer. Il le démontre encore ici dans la peau du flic qui tente de protéger son ami d'enfance malgré le dangereux engrenage dans lequel est entraîné celui-ci. L'ami d'enfance c'est le sanguin Matthias Schonaerts, lui aussi impressionnant. Un duo costaud pour une intrigue très sombre qui ne se permet aucune concession. Les coups sont douloureux et l'espoir faible dans ces espaces gris et violents où règnent la loi du plus fort. David Oelhoffen, le réalisateur, parvient néanmoins à rendre ses personnages humains, quand ceux-ci ne sont plus gangrenés par un système qui joue contre eux.

NOTE : 14 / 20

SHÉHÉRAZADE

Là non plus, il ne faut pas s'attendre à voir de jolis pavillons et des problèmes existentiels futiles. Voici une plongée dans les quartiers les plus pauvres de Marseille où le jeune Zachary vit. Sa mère ne pouvant plus l'assumer et le jeune homme refusant de vivre dans un foyer, il décide de surmonter les difficultés par ses propres moyens après un passage en prison. Là, il rencontre une prostituée nommée Shéhérazade. Un lien particulier les attache puis ils tombent amoureux. L'amour dans tout ce que peut contenir cette relation socialement compliquée. Le langage imposé par le cinéaste Jean-Bernard Marlin est cru mais réaliste, le film contenant une rage qui se libère au fil des minutes. Les thèmes abondent tandis que la tristesse dans les yeux de nos deux protagonistes se fait plus insistante. Leur vie, ils ne l'ont pas choisie mais ils essaieront de s'en créer une nouvelle. Une belle réalisation (dont une superbe photographie) et un jeune acteur électrisant dont on entendra encore parler : Dylan Robert (qui joue Zachary). 

NOTE : 13 / 20

 

Commenter cet article