Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de HALLOWEEN

Publié le 24 Octobre 2018 par Romain Jankowski in critiques

Faire revenir Michael Myers en 2018 ressemblait à une fausse bonne idée. Sur le papier, rien de tellement emballant hormis revoir Jamie Lee Curtis sortir le fusil pour préparer sa petite vengeance. Ça, c'était au lancement du projet.

Depuis quelques mois, on a senti le vent tourner jusqu'à se surprendre à attendre cet improbable come-back. David Gordon Green (JOE, le récent STRONGER) a concocté une version old school, suite directe du premier en nous épargnant tous les errements narratifs des innombrables suites sans intérêt. Entrant vite dans le vif du sujet (il ne faut qu'une remarquable séquence d'introduction pour lancer le film), HALLOWEEN version 2018 s'intéresse autant au monstre qu'est Myers qu'au traumatisme qu'il a fait subir à une femme, Laurie Strodes (Curtis). 

Reprenant le thème original composé par John Carpenter il y a quarante ans, le cinéaste questionne son héritage tout en l'amenant vers de nouveaux horizons. Est-ce un homme ou le mal incarné qui se cache derrière ce grand corps inerte ? Toujours aussi prompt à tuer, le croque-mitaine reste ce cauchemar qui se tapi dans l'ombre, attendant sa victime avec une force prédatrice immuable. Ce remarquable faux plan-séquence où on le suit déambulant dans les maisons résonne comme une note d'intention : ce nouveau volet n'est pas là pour faire dans la dentelle. Il n'est pas non plus là pour être sanguinolent à outrance ou grand-guignolesque. Green privilégie l'ambiance et se cramponne à son histoire, ne relâchant jamais la pression. Depuis le premier, Jamie Lee Curtis n'avait franchement plus rien à jouer dans cette saga et on est content de la revoir déterminée, son personnage possèdant une vraie profondeur que l'on aurait aimé encore plus développer. C'est un peu le problème du script de s'attacher à plusieurs personnages et de finalement en laisser quelques-uns sur le carreau. 

Ce qui n'empêche en rien l'incroyable plaisir que l'on prend devant ce nouveau volet. Peut-être aurait-il pu être encore un film plus substantiel, mais, en l'état, il nous file une sacrée dose de frissons tout en ménageant ses effets pour offrir une riche esthétique global (les zones d'ombre sont parfaitement gérées, l'horreur mesurée). Parfois méta (on supprime le lien de parenté entre Laurie et Michael d'une seule punchline !), HALLOWEEN a tout bien dosé jusque l'affrontement final qui permet un affranchissement total. Parce que voir des femmes se battre pour se libérer du mal, c'est s'adresser aussi à son époque et redéfinir les contours d'un cinéma de genre qui les a souvent cantonnées au rôle de victimes. HALLOWEEN 2018 qui résonne comme un symbole ? Il fallait le faire !

 

AVIS GLOBAL : Redoutable dans sa mécanique, ce nouveau volet est une belle réussite, écrit avec soin, disposant de multiples outils pour vous scotcher au fauteuil. 

NOTE : 14 / 20

HALLOWEEN 1h47

Un film réalisé par David Gordon Green

Avec Jamie Lee Curtis, Judy Greer, Andy Matichak, Haluk Bilginer.

critique de HALLOWEEN
Commenter cet article