Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de FIRST MAN

Publié le 19 Octobre 2018 par Romain Jankowski in critiques

Après WHIPLASH et LA LA LAND, Damien Chazelle a placé la barre très haut. Deux films grandioses, portés par l'amour de la musique et des difficultés à accomplir ses rêves en se heurtant à la réalité. FIRST MAN prolonge ce thème, mais avec un certain désenchantement.

Derrière le moment historique, il y a la réalité. Qui était vraiment Neil Armstrong ? Une question à laquelle répond partiellement le cinéaste qui débute son film comme une note d'intention : une séquence anxiogène et dangereuse, suivie d'un drame fondateur. Tout tient là, dans ce premier quart d'heure bouleversant. FIRST MAN se déroule ensuite comme un étalage des faits, toujours rattaché aux problèmes psychologiques d'Armstrong. On y voit un homme se confier peu, gardant toutes ses blessures à l'intérieur de lui. Les situations banales du quotidien sont les plus fortes puisqu'elles fissurent la carapace en distillant la force de conviction d'un homme complexe et peu à l'aise pour s'exprimer (y compris professionnellement, lors des conférences de presse ou dans des soirées conventionnelles). Ryan Gosling, tout en intériorité, impressionne.  

En parallèle, Chazelle développe l'incroyable combat de ces astronautes pour réaliser ce voyage sur la Lune. Un combat mortel où quelques-uns vont y laisser la vie. On s'interroge : pourquoi entreprendre une telle mission ? Les personnages se le demandent, mais ils la poursuivent malgré tout. C'est dans ce lien paradoxal entre rejet et fascination que le cinéaste construit son intrigue. Leur raison appelle à ne pas risquer autant pour si peu, mais leur

ambition désire plus que tout s'envoler vers l'espace inconnu. Quitte à abandonner sa famille ? La séquence des adieux chez Amrstrong résume elle aussi la portée émotionnelle mais absurde d'une telle prise de risque.

FIRST MAN choisit donc un angle vraiment judicieux pour parler de l'un des plus grands événements du XXème siècle. Un hymne anti-patriotique, sans fanfare ni grande parade. Non, la fin est intime et renversante de simplicité. Damien Chazelle aime le sujet et s'est visiblement passionné pour toute cette histoire. Il ne parvient pas à éviter de grandes longueurs tout en devenant un poil trop ésotérique par instant. Esthétiquement, il reprend le style quasi-documentaire de l'époque avec ce grain si particulier, qui enferme ses personnages dans des cadres très serrés. C'est également une bonne idée de placer la caméra dans le cockpit, au plus proche des astronautes, même si le procédé devient usant lorsqu'il s'étire (on pense notamment au décollage de GEMINI 8). 

Reste que ce jeune cinéaste a réussi une nouvelle fois son pari. Damien Chazelle est un artiste qui compte et on a déjà hâte de découvrir son prochain projet. 

 

AVIS GLOBAL : Intelligent et émouvant, FIRST MAN est un beau film porté par un grain visuel du plus bel effet. Un peu long par moment, le scénario dévoile la part la plus intime d'un astronaute complexe et discret.

NOTE : 14 / 20

 

FIRST MAN  2h20

Un film réalisé par Damien Chazelle

Avec Ryan Gosling, Claire Foy, Jason Clarke, Kyle Chandler.

critique de FIRST MAN
Commenter cet article