Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

LUKAS, VAN DAMME CHEZ JULIEN LECLERCQ

Publié le 10 Août 2018 par Romain Jankowski in dossiers

Dès le pitch, on a compris où on mettait les pieds : Un ancien garde du corps qui enchaine les petits boulots de sécurité dans des boites de nuit pour élever sa fille de 8 ans se retrouve contraint de collaborer avec la police. Sa mission: infiltrer l’organisation d’un dangereux chef de gang flamand. Avec Jean-Claude Van Damme en tête d'affiche, LUKAS nous propose une plongée dans les bas-fonds du crime avec une esthétique noire et réaliste. 

En soit, LUKAS est un événement puisqu'on va enfin revoir JCVD au cinéma ! Enchaînant les DTV et les sorties en VOD depuis un bon moment, la star des 80s a le droit, cette fois-ci, au grand écran. La bande-annonce (disponible ci-dessous) révèle un vrai sens du cadre chez Julien Leclercq, une faculté qu'il avait déjà mis en avant dans l'impressionnant L'ASSAUT où il retraçait la prise d'otages dans l'A-300 s'étant déroulée en 1994. GIBRALTAR, malgré ses problèmes de rythme, réussissait aussi à imposer une imagerie conséquente et ambitieuse, rappelant les films d'espionnage des 70s. Son opus le moins réussi, BRAQUEURS, possédait au moins quelques scènes d'action nerveuse et mettait en valeur la dimension brute de Sami Bouajila. Ce dernier fait d'ailleurs partie du casting de LUKAS.

Julien Leclercq devait réaliser PROST, un biopic sur le célèbre pilote de Formule 1, mais la production a été retardée et les financements difficiles à obtenir. En attendant le feu vert, le cinéaste a reçu le scénario de LUKAS écrit par Jérémie Guez et s'est décidé à le mettre en scène. Résultat ? En six mois, tout a été terminé ! Une vitesse d'exécution dû à un enchaînement très rapide après l'accord de Van Damme pour tenir le rôle principal. Tourné en seulement 32 jours, le film se veut sensoriel et direct, se plongeant littéralement dans la peau de son interprète principal. L'une des sources d'inspiration de Leclercq se nomme THE WRESTLER où Mickey Rourke devient son personnage, s'incarnant devant la caméra inspirée de Darren Aronofsky. A l'aide de plusieurs plans-séquences, Leclercq a voulu obtenir cette énergie instinctive et organique, concentrant sa caméra sur la cinégénie de Van Damme. 

Pour autant, LUKAS ne va renier sa part de film d'action. Sans s'appuyer sur un scénario faussement psychologique, l'intrigue reste compacte pour obtenir un vrai film d'image, préférant la forme afin de proposer une expérience aux spectateurs. Même la musique suit ce parti pris, Leclercq ayant opté pour un son électro proche du DRIVE de Nicolas Winding Refn. Voici une authentique preuve que l'on peut faire des films de série B soignés, redonnant une valeur à ce terme trop souvent péjoratif.

LUKAS sort le 22 Août prochain au cinéma.

Voici la bande-annonce : 

Commenter cet article