Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

UN COUTEAU DANS LE COEUR, YANN GONZALEZ ET SES OBSESSIONS

Publié le 25 Juin 2018 par Romain Jankowski in dossiers

Après un premier film troublant et esthétiquement réussi (LES RENCONTRES D'APRES MINUIT), Yann Gonzalez se donne du coeur avec cette histoire d'amour dans le milieu pornographique des années 70. Vraiment ? Vraiment. 

Paris, été 1979. Anne (Vanessa Paradis) est productrice de pornos gays au rabais. Lorsque Loïs (Kate Moran), sa monteuse et compagne, la quitte, elle tente de la reconquérir en tournant un film plus ambitieux avec son complice de toujours, le flamboyant Archibald (Nicolas Maury). Mais un de leurs acteurs est retrouvé sauvagement assassiné et Anne est entraînée dans une enquête étrange qui va bouleverser sa vie. Ainsi se lance cette plongée dans les ténèbres qu'une esthétique vibrante vient mettre en scène. UN COUTEAU DANS LE COEUR est volontairement un film excessif et libre que son auteur préfère décrire comme "un portrait de femme amoureuse embarquée au coeur d'un train-fantôme". Ce fan absolu de Brian De Palma ne se cache pas et utilise une imagerie proche du réalisateur de PULSIONS "il y a chez de Palma ce côté ludique décomplexé, un jeu permanent tissé entre la fiction, la réalité, le cinéma, le fantasme, le voyeurisme".

Yann Gonzalez retranscrit son amour du cinéma en convoquant une mise en forme à la fois inédite et référentielle en évitant la reconstitution académique. En retrouvant l'atmosphère moite du néon bleu-vert du cinéma des années 70 et 80, le cinéaste remet en avant ce grain et cette puissance d'évocation que le film sur pellicule pouvait procurer. En évitant le fétichisme du cinéphile, il donne à UN COUTEAU DANS LE COEUR cet aspect mystérieux et trouble que ne renierait pas un Nicolas Winding Refn (certains journalistes présents à Cannes ont d'ailleurs fait le rapprochement). Les personnages étaient son moteur comme il le décrit lui-même : "le film met en scène des personnages chamboulés, exaltés, et j'avais envie de traduire visuellement les marasmes intérieurs dans lesquels ils se débattent". 

Parcouru par un érotisme suggestif et pourtant toujours présent, le cinéma de Gonzalez met

face à la force des sentiments tout en prenant le pouls d'une sexualité terrassante. En filmant le milieu pornographique, le réalisateur se devait de respecter cet univers. "On a gardé toute l'imagerie, la substance, on s'est beaucoup amusés avec, sans en montrer les images les plus crues". 

Et puis, tout en haut, trône une Vanessa Paradis méconnaissable, exceptionnelle dans ce rôle à la fois déstabilisant et puissant. Elle n'a pas eu besoin de beaucoup de temps pour se décider à jouer dans le film. "Ce scénario merveilleusement écrit qui me raconte une histoire que je n'ai jamais lue nulle part, et qui me propose un rôle de folie, comment aurais-je pu passer à côté ?". Un enthousiasme édifiant qui signifie également une libération dans son jeu, celui-ci devant s'abandonner au personnage d'Anne, une femme souffrant d'un amour déclinant, mais qui est également agressive, dure et alcoolique. Le surjeu était facile, mais l'actrice trouve un équilibre assez incroyable dans sa manière d'être exécrable tout en dévoilant une humanité que son personnage enfouie depuis trop longtemps. UN COUTEAU DANS LE COEUR lui doit beaucoup et inversement.

UN COUTEAU DANS LE COEUR sort ce mercredi 27 juin dans les salles.

Retrouvez la bande-annonce ci-dessous : 

Commenter cet article