Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

LA SAGA JURASSIC PARK

Publié le 30 Juin 2020 par Romain Jankowski in Grandes sagas et trilogies

LA SAGA JURASSIC PARK

Initiée en 1993, la saga JURASSIC PARK a connu cinq épisodes d'une inégale qualité, mais qui restera malgré tout impressionnante visuellement. L'occasion pour nous de revenir sur l'une des sagas les plus marquantes de l'Histoire, film par film ! 

 

5 - JURASSIC PARK 3 (2001) de Joe Johnston

De notre point de vue, c'est le plus faible de la saga. Pas honteux, le film de Joe Johnston souffre d'un vrai problème dramaturgique et d'aberrations scénaristiques. On a plaisir à retrouver Sam Neill dans la peau d'Alan Grant, mais franchement on a un peu de mal à le voir craquer aussi facilement pour repartir sur l'île alors que quelques secondes auparavant, il assure que rien ne le fera repartir là-bas ! Passons les incohérences, les personnages insupportables (le couple incarné par William H. Macy et Tea Leoni) et le sauvetage risible de la fin pour nous concentrer sur quelques fulgurances du vieux briscard Joe Johnston : le nouvel arrivant, l'impressionnant Spinosaure, nous donne quelques frissons grâce aux redoutables

animatroniques (la séquence pluvieuse où il détruit le petit bateau de nos héros) qui l'animent. Il est la star du métrage et ses apparitions font souvent mouche. Son combat face au T-REX vaut aussi le coup d'oeil. Ce troisième film a pour lui une durée ramassée (1h32), ce qui ne laisse aucun temps mort au spectateur.

 

4 - JURASSIC WORLD, FALLEN KINGDOM (2018) de J.A Bayona

Traversé par d'hallucinantes images iconiques, ce cinquième opus patine un peu côté scénario et ne parvient pas à se défaire de son statut de transition (coincé entre l'introduction et la domination complète des dinosaures dans le prochain volet qui sortira en 2021). Avec sa veine écologique prédominante, on comprend parfaitement les enjeux intrinsèques de l'ensemble (ce qui donne de la valeur à ce royaume perdu), tandis que l'excellent réalisateur espagnol traduit cette thématique à l'écran avec un sens de l'onirisme stupéfiant (ce brachiosaure qui périt dans un nuage de fumée restera l'un des plus beaux plans de la saga). Visuellement, FALLEN KINGDOM en met plein les mirettes (la destruction de l'île vaut à elle seule le déplacement) et s'essaie même à l'horreur gothique dans une deuxième heure étonnante.  

 

3 - JURASSIC WORLD (2015) de Colin Trevorrow

La division est grande entre les partisans et les détracteurs de ce renouveau de la saga. Doté d'un solide socle de démarrage (le parc ouvre ses portes !), Colin

Trevorrow donne tout ce qu'il a dans une course effrénée à l'Indominus Rex, ce nouveau dinosaure génétiquement modifié. On sent tout l'engouement du jeune cinéaste, son vrai respect pour l'original et sa tentation du fanboy qui est parfois agaçante. En revanche, son point de vue sur le regard blasé de la population de notre époque est salvateur et aurait mérité d'être plus étayé. Côté mise en scène, il ne possède pas la puissance d'évocation de Spielberg, mais parvient à s'en sortir grâce à de gros effets spéciaux qui impressionnent. Bien sûr, les animatroniques ne sont plus là et le T-REX a une apparence un peu étrange, mais l'Indominus est fascinant dans son design et certains plans restent grandioses (lorsqu'il quitte son enclos ou son apparition soudaine dans la forêt). Autre point à controverse, les raptors. Même s'il n'a pas montré assez le danger qu'ils pouvaient amener, on ressent toutefois que l'équilibre est fragile entre l'humain et ce prédateur. La relation entre les deux reste pesante avant que ce final un poil nanardesque ne vienne tout gâcher (le combat est mal géré entre un T-REX inoffensif et des raptors qui deviennent soudainement alliés). Sauf qu'on prend un plaisir non feint devant ce divertissement et qu'on pourrait se repasser en boucle le monstrueux mosasaure sortant de son aquarium pour dévoiler un requin ! Dommage qu'il soit si peu présent ! 

 

2 - LE MONDE PERDU (1997) de Steven Spielberg

Sortant d'une pause de quatre ans sans filmer, Spielberg décide de revenir avec un duo qui témoigne encore de son incroyable maestria : LE MONDE PERDU puis IL FAUT SAUVER LE SOLDAT RYAN quelques mois après ! Sans oublier AMISTAD entre-temps. Désirant s'amuser avec ses dinosaures, il assume la faiblesse du récit et compense par une mise en scène tonitruante, qui enchaîne les morceaux d'anthologie : la scène culte de la caravane, la chasse des compsognathus(photo), la poursuite du T-REX qui détruit le camp des chasseurs, ces images mémorables de raptors défilant dans les hautes

herbes, la confrontation du T-REX à la ville dans une séquence finale rappelant fatalement KING KONG. Spielberg n'a pas lésiné sur le visuel et offre au public un divertissement calibré, mais purement jouissif. Peut-être le blockbuster le plus dingue et généreux du maître.

 

1 - JURASSIC PARK (1993) de Steven Spielberg

L'original et indépassable. Tous les volets suivants ont tenté de s'en approcher, mais aucun film n'est capable de le surpasser, ni même de l'égaler. Entre émerveillement et frissons, Spielberg manie son talent hors du commun pour conter une histoire alliant la véritable réflexion et le spectacle terrassant. Accordant un soin particulier à ses personnages devenus des icônes (Ian Malcolm, Alan Grant, Ellie Slater, John Hammond), il s'est servi de la toute nouvelle technologie des effets spéciaux pour créer un monde extraordinaire qui a fait rêver toutes les générations. Avec sa mécanique parfaitement huilée et des séquences toujours aussi hallucinantes aujourd'hui (l'inévitable attaque du T-REX, celle de la cuisine avec les raptors), JURASSIC PARK est un monument. 

 

 

LA SAGA JURASSIC PARK
Commenter cet article