Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de SICARIO, LA GUERRE DES CARTELS

Publié le 28 Juin 2018 par Romain Jankowski in critiques

Il y a près de trois ans, Denis Villeneuve nous offrait un petit bijou de mise en scène avec SICARIO, une plongée saisissante dans le monde des cartels, fait de mort, de sang et de mensonges. Des personnages troubles et une ambiance pesante ont contribué au statut qu'a acquis ce film aujourd'hui. LA GUERRE DES CARTELS décide de prolonger l'histoire tout en racontant un vrai nouveau chapitre qui se distingue du précédent. 

Alors que le premier prenait le point de vue du personnage incarnée par Emily Blunt (absente dans ce second volet), le scénario se découpe ici en plusieurs parties nous offrant un élargissement sur la situation globale. Plus politique et actuel, LA GUERRE DES CARTELS démarre fort, convoquant l'actualité dans une scène effrayante de réalisme. Les réactions sont vives et les complots s'enchaînent dans une valse de bons mots qui finiront forcément par des actes répréhensibles. Cette suite s'envisage comme le miroir d'un monde troublant où les limites ne sont plus définies. Avec ses histoires de terrorisme, de trafics d'humains, d'assassinats en plein jour ou d'exécutions arbitraires, le scénario écrit par Taylor Sheridan ne fait pas dans la demi-mesure. Stefano Sollima (la série GOMORRA) accentue les partis pris de l'auteur par une mise en scène qui se démarque de son prédécesseur, Denis Villeneuve. Ce qu'elle perd en mystère et en esthétisme pur, elle le gagne en efficacité dans des scènes d'action remarquablement menées. De plus, ce nouvel opus n'a pas la pesanteur de l'original ce qui lui donne un rythme plus conséquent. 

Pour incarner ce monde au bord du gouffre, Josh Brolin et Benicio Del Toro ont rempilé. Le premier ne recule devant rien pour parfaire sa mission tandis que le second révèle une humanité cachée derrière le regard froid de l'homme blessé. Del Toro crève une nouvelle fois l'écran avec ce personnage décidément fascinant. Il lui impose tout son charisme ainsi que cette part d'imprévisibilité qui le caractérise. Il est le point de gravité de l'ensemble jusque la scène finale qui ouvre de nouvelles possibilités. 

Sollima s'en sort bien avec cette séquelle qui aurait pu vite tourner à la catastrophe. Même si SICARIO reste supérieur à bien des égards, LA GUERRE DES CARTELS n'a pas à rougir. Certes, le scénario s'embrouille inutilement dans les digressions et le rythme s'assagit un peu en fin de course, mais force est de constater qu'il reste d'une pertinence qui fait froid dans le dos. 

 

AVIS GLOBAL : Ce nouveau volet ne démérite pas, se démarquant du premier film pour prendre un virage plus politique et mainstream. Benicio Del Toro est une nouvelle fois incroyable dans le rôle si complexe du sicaire Alejandro. 

NOTE : 14 / 20

 

SICARIO, LA GUERRE DES CARTELS  2h02

Un film réalisé par Stefano Sollima

Avec Josh Brolin, Benicio Del Toro, Isabela Moner, Catherine Keener.

critique de SICARIO, LA GUERRE DES CARTELS
Commenter cet article