Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de SOLO, A STAR WARS STORY

Publié le 25 Mai 2018 par Romain Jankowski in critiques

On épargnera à tous les lecteurs le sempiternel rappel des faits sur cette production pour le moins agitée pour se concentrer sur le film en lui-même. Sans tomber dans la surenchère, sans en faire trop, sans se prendre pour autre chose qu'un divertissement pur, SOLO vient de conquérir nos petits coeurs évitant les nombreux écueils qui se présentaient à lui. 

D'abord, Ron Howard est un merveilleux technicien. Un professionnel hors pair. En une année, il a fait bien mieux que redresser la barre et s'offre son véritable film STAR WARS (même si quelques passages font un peu penser à Lord et Miller). Avec quelques plans d'un photoréalisme saisissant (la diabolique séquence du convoi, petite merveille de rythme et de découpage) et le soin apporté à tous les décors, Howard imprègne clairement sa patte à l'instar d'un des meilleurs directeurs de photographie du monde : Bradford Young (PREMIER CONTACT). En contrastant ses images et les redéfinissant dans des jeux d'ombre et de lumière bluffants, Young montre une nouvelle facette d'un univers qu'on pensait connaître par coeur. Car SOLO c'est aussi ça, une plongée dans les milieux les moins recommandables de la galaxie où les trafics en tous genres pullulent pour survivre face à la tyrannie de l'empire. Le cinéaste se permet même de poser une bonne question morale à la fin du métrage. 

A l'instar de ROGUE ONE, SOLO fait le lien entre la prélogie et la trilogie, ces années où il n'y avait aucun espoir, dominées par le totalitarisme de l'Empire. Mais SOLO possède aussi ce petit côté aventure-rétro où l'inconséquence globale du scénario joue en sa faveur. En se concentrant sur ses personnages, STAR WARS redevient fun grâce à des superbes séquences d'action et aussi une rythmique dans les dialogues remarquable. Parce que porté par ses acteurs (Ehrenreich est génial en Solo, possédant son propre jeu tout en reprenant certains traits d'Harrison Ford, Glover excelle en Lando et Harrelson s'éclate en mercenaire un peu bourru) et un immense Chewbacca (on le redécouvre totalement), ce spin-off offre à ses spectateurs la promesse d'un film agréable et très divertissant. Alors oui, il est peut-être trop long, il y a des ratés (l'antagoniste, une réapparition peut-être pas nécessaire), mais à la fin des deux heures, SOLO nous a distillés sa dose de bonne humeur !

 

AVIS GLOBAL : Fun et parfois franchement jouissif, SOLO profite de son inconséquence scénaristique pour porter haut ses personnages à l'aide de quelques séquences remarquables. Et Ehrenreich assure !

NOTE : 14 / 20

 

SOLO, A STAR WARS STORY  2h15

Un film réalisé par Ron Howard

Avec Alden Ehrenreich, Donald Glover, Emilia Clarke, Woody Harrelson

critique de SOLO, A STAR WARS STORY
Commenter cet article