Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

THE THIRD MURDER, KORE-EDA SE MET AU THRILLER

Publié le 9 Avril 2018 par Romain Jankowski in analyses

THE THIRD MURDER, KORE-EDA SE MET AU THRILLER

Pour ceux qui n'ont pas vu les somptueux TEL PERE, TEL FILS, STILL WALKING, I WISH ou encore NOTRE PETITE SOEUR, il serait temps de vous rattraper ! Le réalisateur de ces films, Hirokazu Kore-eda, s'attaque, avec son nouvel opus intitulé THE THIRD MURDER, au thriller pour une enquête pas comme les autres...

Le pitch ? Le grand avocat Shigemoni (Masahuru Fukugama) est chargé de défendre Misumi (Kôji Yaskusho), accusé de vol et d'assassinat. Ce dernier a déjà purgé une peine de prison pour meurtre, trente ans auparavant. Les chances pour l'avocat de gagner ce procès sont minces d'autant que Misumi a avoué son crime. Pourtant, au fil de son enquête des témoignages qu'il recueille, Shigemoni commence à douter de la culpabilité de son client... En

réalisant THE THIRD MURDER, le cinéaste a voulu dépeindre avec précision le travail d'un avocat. Son but premier qui s'est transformé en intrigue à tiroirs qui remet en perspective les notions de culpabilité et de jugement. D'ailleurs, ses recherches l'ont mené au thème principal de son long-métrage : le tribunal n'est pas le lieu où se détermine la vérité.

Cette problématique déconstruit d'emblée le genre auquel le film semble s'accrocher puisque la vérité s'inscrit logiquement dans le thriller et/ou polar. En mélangeant une perspective omnisciente et subjective le cinéaste a cette particularité de ne jamais juger ses protagonistes. Ces derniers, il les englobe dans un style particulier puisant dans l'imagerie du film noir (et notamment dans sa décennie phare, les 50s) à la frontière d'une esthétique contrastée héritée du thriller. C'est d'ailleurs en rompant avec son éclairage naturaliste (Kore-eda recherche souvent la vérité humaine et réaliste) et en intensifiant un contraste entre la lumière et les ombres (comme pour accentuer la métaphore du bien et du mal), que le cinéaste a envisagé son film.

Kore-eda se renouvelle, puisant moins dans son expérience personnelle que dans ses autres récits. A travers le genre très codifié du thriller, il veut montrer le poids d'un système sur la société qui persiste à laisser des gens en juger d'autres sans connaître la vérité. Dans sa vision humaniste et son désir d'explorer l'humain à travers la machinerie judiciaire, le cinéaste s'adjoint les services d'un autre artiste connu pour sa musique minimaliste et introspective : Ludovico Einaudi (INTOUCHABLES, MOMMY). Une collaboration fructueuse, donnant une dimension particulière à un film qui bouscule tout en laissant une marge de réflexion importante aux spectateurs.

THE THIRD MURDER sort le 11 avril.

(Re)découvrez la bande-annonce ici : 

 

Commenter cet article