Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de TAXI 5

Publié le 17 Avril 2018 par Romain Jankowski in critiques

Franck Gastambide a eu énormément de courage en s'attelant à ce cinquième opus d'une saga qui possède un capital sympathie pour le moins... étonnant. Avec les nombreuses critiques à son encontre, souvent virulentes, aucune chance n'était laissée à ce TAXI 5 qui allait forcément être l'épisode le plus nul de tous. 

Gastambide, c'est l'humour trash, politiquement incorrect qui tourne en dérision des mecs un peu paumés tout en leur offrant une certaine forme d'empathie pour ne pas les ridiculiser. C'est LES KAIRA et PATTAYA, deux films dopés à un rythme à l'américaine, bourrés de références qui s'amusent de tout quitte à en faire trop. Ils ne sont pas exempt de défauts, mais ils carburent à l'énergie cinématographique. En reprenant TAXI, une saga plus populaire, le cinéaste-acteur est obligé de se freiner. Fini les envolées sur la burka, les blagues virulentes sur le sexe ou les batailles de nains. 

De l'autre côté, un univers d'une pauvreté assez extrême qui ne tient qu'à une époque, celle de la fin des années 90 / début des années 2000. A savoir un vivre ensemble assez idyllique où un personnage maghrébin tenait le haut de l'affiche, où la solidarité et une certaine forme de liberté avaient pris le dessus. Une époque "black-blanc-beur" qui a bien changé désormais. TAXI est cette saga que l'on regarde dans le rétro en voyant des gags d'une pauvreté hallucinante couverts par des cascades plus ou moins réussies. Et on ne parle ici que des deux premiers, les troisième et quatrième étant des inepties totales. 

Nous voilà donc partis pour un mélange assez hasardeux qui ne prend jamais complètement, comme attendu. On n'évite toujours pas les vannes ras des pâquerettes (un policier colle ses collègues sur leur chaise, quand même) ni le scénario lourdingue. Gastambide mène au moins

son film à cent à l'heure, si bien qu'on ne s'ennuie pas. Les cascades sont plutôt réussies (très bonne course-poursuite dans les rues de Marseille) et certains bons gags filtrent de temps en temps. On se prend finalement à ressentir une forme de (petit) plaisir coupable devant cet inoffensif objet, hybride mélange de crétinerie et de volonté d'imprimer de très belles images. TAXI 5 est un fourre-tout, une récréation pour Gastambide qui fait tout et n'importe quoi jusque donner des scènes à Soprano en demandant au serveur de remettre des glaçons ! 

L'hommage est souvent trop appuyé (on va même jusque revoir des images des précédents !), les références trop lourdes (le coup du circuit, certains dialogues) comme si le cinéaste avait fait un aveu de faiblesse, sachant qu'il ne serait pas à la hauteur du défi. C'est plutôt ce que nous attendions, qu'il imprègne sa propre patte sans fondre sous le poids du fan-service. La présence de l'horripilant commissaire Gibert en est le parfait exemple. Et l'histoire de se terminer sur une évidente porte ouverte que l'on n'est pas certain de vouloir traverser. Pas certain du tout même.

 

AVIS GLOBAL : TAXI 5 n'est pas désagréable, en tout cas moins désagréable que certains précédents opus de la saga. Gastambide dope son film avec une belle énergie, mais qu'il alourdit avec un fan-service épuisant et des gags qui tombent souvent à plat.

NOTE : 10 / 20

 

TAXI 5   1h42

Un film réalisé par Franck Gastambide

Avec Franck Gastambide, Malik Bentalha, Bernard Farcy, Sissi Duparc.

critique de TAXI 5
Commenter cet article