Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de TOUT LE MONDE DEBOUT

Publié le 25 Mars 2018 par Romain Jankowski in critiques

Il faut l'avouer, on n'était pas très emballé par ce film, le premier réalisé par Franck Dubosc. Cela est dû en priorité au sujet extrêmement casse-gueule, à savoir un séducteur qui ment  sur lui-même pour attirer les femmes. Jusqu'au jour où il fait le mensonge de trop : se faire passer pour un handicapé afin de séduire sa ravissante voisine qui va finalement le présenter à sa soeur... qui est en fauteuil roulant.

Dans son écriture, Dubosc trouve finalement un très joli équilibre entre romance et comédie. Et c'est justement à ce niveau qu'on ne l'attendait pas. Nuancé et subtil, son scénario préfère le rire intime d'un homme incapable de s'aimer aux blagues graveleuses sur le handicap. D'autant que son ridicule est superbement incarné par une géniale Alexandra Lamy qui confirme, si besoin en était, qu'elle est une formidable actrice. Il faut voir cet homme (Franck Dubosc donne beaucoup lui aussi) se dépatouiller avec son fauteuil roulant, étaler son ignorance sur le handicap ou encore sortir des phrases d'une absurdité sans nom. La première heure régale à tous les niveaux, jusque dans sa mise en scène avec cette séquence très esthétique du dîner lorsque les deux personnages s'immergent peu à peu dans la piscine.

Comme souvent dans la comédie française, la dernière demi-heure ne suit plus et les résolutions prennent le pas sur l'ensemble qui devient plus attendu (sauf un bon rebondissement qui confirme le point de vue du scénario). Néanmoins, TOUT LE MONDE DEBOUT aura été une bonne surprise.

 

AVIS GLOBAL : Sur un sujet des plus sensibles, Dubosc s'en sort très bien pour son premier film. Drôle, touchant et bien interprété, TOUT LE MONDE DEBOUT donne le sourire.

NOTE : 13 / 20  

 

TOUT LE MONDE DEBOUT  1h47

Un film réalisé par Franck Dubosc

Avec Franck Dubosc, Alexandra Lamy, Elsa Zylberstein, Gérard Darmon.

critique de TOUT LE MONDE DEBOUT
Commenter cet article