Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de BLACK PANTHER

Publié le 18 Février 2018 par Romain Jankowski in critiques

Deux mois avant le giga-événement AVENGERS 3, MARVEL STUDIOS dégaine un nouvel univers, probablement l'un des plus riches et des plus originaux que l'on a vu depuis longtemps. En confiant les rênes à Ryan Coogler (le très beau FRUITVALE STATION, le choc CREED), Kevin Feige et son équipe ont fait le meilleur choix possible. 

Encore une fois, les super-héros se réinventent. Enfin, super-héros, peut-on vraiment qualifier BLACK PANTHER comme tel ? Dans un monde aussi improbable que le nôtre, les super-héros ne chassent plus les méchants avec de simples pouvoirs. CAPTAIN AMERICA, LE SOLDAT D'HIVER déconstruisait les mythes du gentil et du méchant, CIVIL WAR n'a aucun antagoniste véritable, ni aucun héros n'ayant commis aucune faute. Le Wakanda, terre de T'Challa le nouveau roi, n'a pas toujours fait les meilleurs choix par le passé. Se fermer ou s'ouvrir au monde ? Dresser des barrière ou construire des ponts, entend-on très justement dans le film ? 

Outre son statut d'oeuvre révolutionnaire qu'elle n'est évidemment pas, l'adaptation du comics éponyme joue totalement avec un ensemble merveilleux de détails et de puissance de thématiques secondaires. Remplissant son contrat premier qui est de divertir, Ryan Coogler n'oublie jamais ce qui l'anime comme la question raciale, la mince frontière entre faire entendre sa voix et la radicalisation ou encore la rage intérieure d'être vu comme un étranger sans être reconnu comme un citoyen normal. Ces thèmes sont totalement fondateurs de l'histoire, incarnés par Killmonger (puissant Michael B. Jordan) qui mérite probablement le titre de meilleur méchant du MCU. Là aussi, le mot "méchant" est galvaudé puisque les convictions de

ce personnage sont justifiées et compréhensibles. Face à lui, T'Challa (charismatique Chadwick Boseman) est un roi ébranlé, supportant difficilement son nouveau rôle de roi, obligé de compenser entre le futur et le poids du passé. 

Coogler emballe son intrigue d'une embellie visuelle indéniable (le Wakanda est top avec ses influences afro-futuristes), mais souffre parfois d'effets visuels pas toujours bien maîtrisés (des arrières-plans parfois trop voyants également). Mais il y a aussi de l'ingéniosité, comme cette ouverture en animation (absolument sublime), un combat mano a mano dans l'obscurité à peine éclairé par des coups de feu, une course-poursuite en Corée impressionnante et un combat final très étonnant, entre science-fiction et heroic fantasy. 

BLACK PANTHER ouvrira forcément la voie à une nouvelle ère au vu du carton incroyable qu'il va probablement produire ainsi que du phénomène de société qu'il va engendrer. Il sera une oeuvre à part, fondatrice pour une diversité nécessaire. Plus que le film lui-même, sa volonté de bouger les choses fera de lui une date importante du blockbuster. 

 

AVIS GLOBAL : Ryan Coogler réussit son pari ancrant ses thèmes dans l'univers très codifié du MARVEL UNIVERSE. Le casting est top, la BO magnifique et le scénario ouvre plusieurs pistes très intéressantes. Pour finir, BLACK PANTHER n'oublie pas de divertir. 

NOTE : 14 / 20

 

BLACK PANTHER  2h14

Un film réalisé par Ryan Coogler

Avec Chadwick Boseman, Michael B.Jordan, Lupita N'yongo, Danai Gurira.

critique de BLACK PANTHER
Commenter cet article