Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique série : THE WALKING DEAD SAISON 8 - EPISODE 8

Publié le 12 Décembre 2017 par Romain Jankowski in séries télé

On attendait tous le mid-season, celui qui allait rééquilibrer les débats. Après la fuite des Sauveurs du piège tendu par Rick et ses acolytes, on savait que ça allait barder. Je vous déconseille, à partir de là, d'aller plus loin si vous n'avez pas vu l'épisode ! SPOILERS !

WALKING DEAD est une série subitement mal-aimée, destinée à subir la maltraitance de ceux, autrefois, qui la regardaient. Elle a commis des erreurs, elle s'est parfois perdue dans des

réflexions redondantes, mais elle a toujours gardé ses thématiques et ses personnages intacts. Ce qui saute aux yeux dans cette première moitié de saison, c'est la trop large place accordée à l'arc Negan. Les comics enchaînaient les moments de bravoure quand la série en rajoute trop. Résultat ? Les scénaristes sont obligés d'être incohérent puisque, malgré la tension apportée par les séquences de l'épisode 8, il est impossible qu'un tel plan ai été mis en place en une seule soirée ! Comment sont-ils sortis de l'enfer du Sanctuaire ? Pourquoi Rick n'a-t-il pas placer des gardes à toutes les sorties ? Rick en fâcheuse posture au début de l'épisode se fait miraculeusement sauver par Jerry et Carol qui sortent de nulle part tandis que Jadis et ses ferrailleurs trahissent à nouveau l'ancien shérif. Trop en rajouter nuit forcément à l'ensemble et, pour le coup, les scénaristes auraient dû suivre à la lettre le comics. Pourquoi avoir enfermé Negan à l'aide de rôdeurs pour qu'il s'y échappe si facilement ? 

Une réponse est tout de même apportée à mi-parcours : c'est Eugene qui a éloigné les rôdeurs avec la musique. L'épisode va alors changer de point de vue sur nos protagonistes en mauvaise posture, une fois de plus. C'est là qu'une incompréhension entre le public et ce qu'offre la série existe. Cette dernière a voulu rendre Rick humain et souvent impulsif, ne parvenant pas toujours à faire les bons choix. Ici, tout son plan a été ruiné. Le regard habité d'Andrew Lincoln porte le poids de cette culpabilité, celle d'un chef qui n'arrive pas à être celui que les autres voudraient qu'il soit. En cela, il diffère également de son alter ego du comics, froid, implacable et imbattable. Le Rick de la série est bien plus vulnérable et son fils prend même la relève dans ce qui restera parmi les plus belles séquences de la série (et qui prennent une toute autre envergure lors du final). Maggie est une chef toute désignée, jamais résignée, et qui va affronter les sauveurs avec une froide détermination. 

A tous ceux qui s'impatientent, aucun doute que la fin de l'arc Negan est proche. Dwight s'est fait démasqué, Alexandria n'est plus, la Colline est le dernier bastion de résistance et Negan ne désire plus discuter. Tout va s'achever dans le sang. Et puis, comment ne pas être choqué de cette fin, de cette future mort qui est un véritable coup de massue. Alors qu'on critiquait le rôle des morts-vivants, cantonnés à être au second plan, voilà que Carl va mourir d'une morsure. Un véritable coup de maître autant qu'un moment poignant qui risque de faire totalement basculer la série et l'ensemble de ses personnages. 

 

ETOILES INDICATIVES :   

 

Commenter cet article