Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

STRANGER THINGS SAISON 2, LA CHRONIQUE

Publié le 19 Novembre 2017 par Romain Jankowski in séries télé

Véritable phénomène de société, STRANGER THINGS s'est imposé comme une série-phare presque instantanément en grande partie grâce à ses références multiples aux 80s, à cette ambiance si particulière, de ces gosses aventureux luttant contre des forces maléfiques le tout emballé dans un mélange de noirceur et d'humour. 

Comment se renouveler pour la deuxième saison, une fois que l'effet de surprise de la première était passée ? Les scénaristes n'ont pas forcément cherché à briser leur élan ni leur univers. Dans la même ambiance, STRANGER THINGS se poursuit plus ou moins de la même manière.

Certains regretteront ce manque de surprises (quel épisode a véritablement marqué une rupture ? Un rebondissement ?), mais la série compense en nouant encore plus de liens entre ses personnages et son public. Même si Will reste encore trop en retrait (le monstre lui en veut toujours) et que Mike est étonnamment très absent du récit, les autres prennent le relais. D'abord, Dustin, formidable, qui commence à se révéler totalement tout en restant la caution humour du récit. Sa relation avec l'autre grand gagnant de cette saison 2, Steve, à mi-parcours, fait des étincelles. Pour finir en beauté, il nous fait littéralement craquer dans la séquence finale (parfaite d'ailleurs). Un bon point aussi pour Max, la petite nouvelle et son grand-frère violent, Billy, qui pourrait bien trouver une profondeur inattendue suite à la révélation de son environnement familial. Enfin, on a adoré Bob, cet homme d'apparence un peu simplet qui se révèle être quelqu'un de bon et intelligent. 

Bien sûr, l'ambiance et le visuel sont très réussis. Ils se mêlent parfaitement avec l'aspect rétro du récit, mélange de série B et de grand récit en forme de teen movie. Les références sont légion avec ces plans carrément tirés des films dont ils s'inspirent (lorsque Will ouvre la porte et voit le monstre comme dans RENCONTRES DU TROISIEME TYPE, par exemple) et plus globalement à travers des clins d'oeil d'une grande évidence (Dustin qui s'occupe du démo-chien, on pense tout de suite à GREMLINS, mais aussi LES GOONIES évidemment). C'est le charme de la série et parfois aussi sa limite : comment pourront-ils, à l'avenir, renouveler la série ? D'ailleurs, la saison connaît un ventre mou sur quelques épisodes (numéros 5 et 6 particulièrement) et en rate un quelque peu déstabilisant (le septième avec la soeur de Onze, on espère que la saison 3 se concentrera un peu sur ce personnage et lui donnera de l'importance). En revanche, l'épisode 8 est le plus fantastique. Réunissant tous ses personnages, mené à un rythme d'enfer et se concluant sur le come-back de Onze (frissons, frissons), on avait le palpitant qui palpitait ! On oubliera pas la BO absolument phénoménale (ah ! THE POLICE, SCORPIONS, THE RUNAWAYS, CINDY LAUPER). 

STRANGER THINGS confirme sa bonne tenue et assume son statut référentiel. Avec des défauts, mais une envie débordante, les frères Duffer se sont ouverts de nombreuses portes pour la suite. On attendra un peu de nouveauté pour éviter la lassitude, mais, en l'état, cette série basée sur la nostalgie des 80s réussit parfaitement sa mission divertissante. 

STRANGER THINGS SAISON 2, LA CHRONIQUE
Commenter cet article